Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Auberge de l'alpiniste mort

Arcadi STROUGATSKI & Boris STROUGATSKI

Titre original : Otal "U Pogibchego alpinista", 1982

Traduction de Antoine VOLODINE
Illustration de Pascal MORET

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 457
Dépôt légal : mai 1988
256 pages, catégorie / prix : 10
ISBN : 2-207-30457-4
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Dans un petit hôtel perdu au coeur des Alpes autrichiennes, l'inspecteur Glebski est bien décidé à oublier la médiocrité policière. Neige, brandy, coin du feu et drague légère sont au programme...
     Hélas ! Un crime horrible l'oblige à mener une enquête qui dépasse ses compétences. Quel flic raisonnable serait prêt à admettre que certains suspects sont des extraterrestres ? Ou qu'un dangereux individu cherche à terroriser le premier étage en volant des pantoufles et des montres ? Ou que l'un des témoins transporte dans ses bagages une réplique en cire de sa jeune épouse ? ... Ou qu'une bande de gangsters se dirige vers l'hôtel pour traquer Belzebuth en personne ?

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
 
    Critiques    
     Peter Glebski est inspecteur de police. Mais il ne s'occupe que de fraude financière, et quand il prend une chambre pour de paisibles vacances dans un hôtel de montagne, il est loin de se douter que... Ce roman déjà ancien (1969) des frères Strougatski s'amorce sur tous les clichés de rigueur en littérature policière : Glebski, enquêteur réticent, se trouve bloqué par une avalanche en compagnie d'une victime (qui n'est pas l'alpiniste, mort depuis bien longtemps) et d'un nombre fini de suspects — les autres pensionnaires de l'hôtel.
     Pendant longtemps, on se trouve face à une pure enquête policière relevée par des pointes d'humour, qui passent peut-être mieux dans un contexte russe ; les personnages baignent dans l'alcoolisme et le ridicule quotidien. L'enquête révèle des bizarreries d'abord anodines, puis de plus en plus significatives. Comme on connaît les auteurs, on n'est pas vraiment surpris, mais plutôt déçu par un dénouement qui, loin d'éclairer les péripéties précédentes, les rend en bonne part insignifiantes : à l'inverse d'Asimov, les frères caustiques se servent de la SF pour faire de la machine du roman de détection une machine hors service, déjantée, une machine à l'image des robots dickiens. Pour le lecteur de science fiction, l'argument reste néanmoins bien mince.


Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/7/1988 dans Fiction 399
Mise en ligne le : 25/10/2002


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies