Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Aux confins de l'ouragan

Ansen DIBELL

Titre original : Tidestorm Limit, 1984

Cycle : Le Roi de Kantmorie  vol.

Traduction de Daniel LEMOINE
Illustration de Jean-Claude HADI

OPTA , coll. Club du livre d'anticipation n° 112
Dépôt légal : octobre 1985
368 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7201-0247-4   
Genre : Science-Fiction 

Tirage limité à 1 500 exemplaires numérotés + 30 H.C. L'ISBN indiqué dans le livre (2-7201-0247-9) est erroné.



    Quatrième de couverture    
     Les trois précédents romans de la série des Rois de Kantmorie ont familiarisé le lecteur français avec un nouvel écrivain de talent : Ansen Dibell.
     Dans ce nouveau livre, le quatrième de la saga, Ansen Dibell prouve qu'elle est vraiment devenue l'émule et l'égale des Cherryh, Lee, Norton.
     Rarement, en l'occurrence, on aura opposé avec autant de maestria un univers différent et un monde de technologie décadente.
     L'épopée, dans « Aux Confins de l'ouragan », atteint à des dimensions d'une poésie et d'une ampleur telles que le lecteur n'aura qu'une hâte : retrouver ces univers fabuleux dans le cinquième livre de la saga des Rois de Kantmorie :
     Le Soleil du Grand Retour !
 
    Critiques    
     L'univers d'Ansen Dibell est un monde étrange, à mi-chemin entre la science et la magie. On y rencontre aussi bien des cyborgs que des personnages dotés de pouvoirs. Les intrigues, complexes et nécessitant la lecture des trois premiers volumes de la saga — relatent la fin d'un monde technologique et son remplacement par une civilisation où règne la superstition. Dans cette société plutôt moyenâgeuse, la science ne subsiste plus qu'à l'état de traces, de scories dont certains peuvent encore être utilisés sans que le principe soit compris.
     Ce qui est remarquable chez Ansen Dibell, c'est ce foisonnement, ce choc de cultures, l'ampleur de son univers qui n'a rien à envier aux autres fresques monumentales de mondes imaginaires. L'accent est mis sur les sciences douces plutôt que sur la technologie. La psychologie des personnages, particulièrement fouillée, s'attache à traquer les contradictions, les hésitations, les changements d'humeur plutôt qu'à analyser un caractère monolithique dans ses moindres détails. Les personnages d'Ansen Dibell ne sont pas des logiciens aptes à interpréter le moindre geste ou parole, des tacticiens comme ceux de Frank Herbert, mais des personnalités plus fragiles et complexes qui peuvent se fier à leur instinct plutôt qu'à leur raison.
     Ce qui devait être au départ une trilogie devient une saga qui cesse de s'enrichir alors que l'univers décrit se complexifie : un cinquième volume est à paraître. Nul ne s'en plaindra sans doute.


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/3/1986 dans Fiction 372
Mise en ligne le : 7/12/2003


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies