Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Âme du monde

Mikhail (Tikhonovich) EMTSEV & Eremeï PARNOV

Titre original : Dusha Mira, 1964

Traduction de Alexandre KARKOVSKI
Illustration de Mike VAN HOUTEN

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Les Best-sellers n° 7
Dépôt légal : janvier 1983
256 pages, catégorie / prix : 1
ISBN : 2-265-02143-1   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Je suis une voix, rien de plus. Simple voix humaine enregistrée sur bande magnétique. La bande, c'est mon corps. Comme elle est désespérément vieille et qu'on y tient beaucoup, voici des siècles qu'on nous garde, la voix et le corps, dans un bocal hermétique. En ce lieu, il ne fait ni froid, ni chaud, l'air n'est n sec, ni humide.
     Le plus pénible, ce sont les nuits. La nuit, j'ai l'impression de mourir de nouveau. Mais patience, je sais que le matin va revenir, que la petite cache va réapparaître en mille reflets sur les parois de verre dépoli et que les hommes reviendront. C'est pour eux que je me trouve ici
     (Extrait du journal inexistant de Serge Aréflev.)
 
    Critiques    
     Curieux, curieux livre... On savait la SF soviétique obligée d'emprunter de nombreux détours afin de produire des œuvres suffisamment « banales » pour échapper à la censure, et suffisamment originales pour mériter d'être écrites, mais L'âme du mondeest l'un des livres les plus tordus que j'aie jamais lus — à tel point qu'il est impossible de déterminer s'il s'agit là de recherches particulièrement poussées (et l'ironie sous-jacente porte à le croire) ou d'insuffisances techniques dues soit aux auteurs, soit à la traduction. Le lecteur conserve toujours un fil, parfois fort fragile, pour le guider à travers ce labyrinthe surréaliste où il risque de se perdre au hasard d'un décrochement stylistique, d'un changement de ligne narrative ou d'un simple trou dans le récit. Parfois, il se heurte à une phrase insolite, à une incorrection manifeste, à un paragraphe à la gloire du communisme, à un autre porté par un lyrisme à la limite de la parodie, à un autre encore fourmillant d'idées superbes ou grinçantes...
     Il est plus difficile encore de résumer l'intrigue qu'il ne l'est de condenser un roman des frères Strougatski, tant celle-ci (quoique reposant sur un postulat extraordinaire de simplicité et, disons-le, de beauté) se dilue dans d'innombrables conséquences secondaires, rebondissements locaux, digressions insolites et analyses philosophico-politiques...
     La seule chose qu'il soit possible de dire au sujet de L'âme du monde, c'est que ce livre mérite le détour. Vous avez dit subversif ? Sans doute, dans la mesure où ce collage disgracieux parvient à s'imprimer dans la mémoire, et à y éveiller une série de points d'interrogation.
     Et puis, la SF, c'est aussi le goût des expériences singulières, non ?

Emmanuel JOUANNE
Première parution : 1/12/1983 dans Fiction 346
Mise en ligne le : 1/6/2006


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies