Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Alabama. Un. Neuf. Neuf. Six.

Pierre PELOT


Cycle : Ballade de Tony Burden  vol.


Illustration de Young Artists VLOO

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1553
Dépôt légal : juin 1987
192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-03608-0   



    Quatrième de couverture    
     Il allait sourire quand le présentateur de la télé murale parla de ces deux déments et du carnage de Barlow Bend.
     — Qu'est-ce que vous avez ? dit la voix de mort caverneuse du barman. J'vous ai donné vot'aspirine ?
     — C'est rien, dit Mat Pealbean. Redonnez m'en deux. Ca va passer...
     Et dans sa tête, la petite voix — la sienne — continuait de ricaner...
 
    Critiques    
     Il y a un type qui se prétend vendeur de commerce et qui solde sur catalogue des gadgets en tous genres. Mais c'est plus vrai. Il ment. Il y a un autre type qui dit rechercher son père amnésique. Mais c'est pas vrai, ça ne l'a jamais été. Il ment aussi. Il y a un vieux qui sillonne le pays et change de nom à chaque bled traversé. Ça, c'est vrai. N'empêche que le vieux ment également comme un coupeur de dents, non, comme un arracheur de têtes... Le vieux est dangereux. Il est porteur d'un virus de mémoire qui pousse les gens à s'entretuer parce que bon Dieu il y a trop de neige dans ce putain d'été et il fait un froid d'enfer...
     Alabama. Un. Neuf. Neuf. Six. est d'un abord malaisé. Son style plein d'accrocs et sa pénurie d'informations réelles échaudent le lecteur d'emblée. Où va-t-on ? A la limite, on s'en fout, le personnage central n'étant vraiment pas à la hauteur tellement il manque de consistance.
     De deux choses l'une, soit Pelot a voulu jouer avec son style, l'expérimenter pour voir jusqu'à quel point la lourdeur était tolérable, soit déguiser une vague idée en roman en se gardant bien de l'approfondir. Le résultat est lisible mais un peu court, qualitativement et à proprement parler. 180 pages d'un texte étiré dont l'action ne s'emballe que vers la page 120... On aurait pu espérer mieux de Pelot, comme d'habitude. Il faut avouer que ses derniers romans parus au Fleuve Noir Anticipation s'avèrent un peu tristounets et décevants. Pelot s'use ou le lecteur s'use. Les deux à la fois, probablement. Mais je ne veux surtout pas effaroucher les inconditionnels de l'auteur, dont je fus, qui passeront outre à mes avertissements bien médisants. Pas vrai ?


Éric SANVOISIN
Première parution : 1/9/1987 dans Fiction 389
Mise en ligne le : 17/4/2003


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies