Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Atomik Aztex

Sesshu FOSTER

Titre original : Atomik Aztex, 2005

Traduction de Brice MATTHIEUSSENT

PASSAGE DU NORD-OUEST
Dépôt légal : avril 2013
288 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-36787-000-7   

Conception graphique : Hugues Vollant.



    Quatrième de couverture    
     Je suis Zenzontli, Gardien de la Maison Obscure des Aztex. Durant des siècles, ces stupides Europiens ont kru en la destruction de nos bibliothèques sakrées, en la disparition totale de notre civilisation au profit de leurs anciennes diktatures théocratiques. Mais moi, je sais qu'en vérité nos dieux malfaisants ont eu raison des Espagnols, un peuple aujourd'hui asservi, et dans les abattoirs des usines Farmer John — où je trucide des porcs huit heures par nuit au dézingueur électrique — j'ai reçu mes ordres de l'Aîné du Clan en personne : « Zenzón, au nom de l'Imperium Socialiste Aztex, tu partiras demain avec ton unité Jaguar et reprendras Stalingrad. » Alors, dans l'avion qui survole le Caucase, assis à côté de Maxtla, Gardien de la Maison Brumeuse, je pense à ma femme que j'ai oublié d'embrasser.

     « Avec Atomik Aztex, Sesshu Poster est à l'histoire ce que Hunter Thompson fut au journalisme : un punk survitaminé qui se contrefout de la réalité, a fortiori historique, pour délivrer un message sans concession sur notre société consumériste, impérialiste et sanglante. »
     David Poster Wallace
 
    Critiques    
     « Quoi ? » « Y’a quoi ici, à Stalingrad, en guise de petit-déjeuner ? Du marc de café mélangé à de la bouillasse ? Des fibres d’amiante, de la poussière de silice et des rognures d’acier, avec une bonne saucisse/chorizo de sang ? » « Ecoute, Zenzontli, oublie le petit déj. T’es un membre du parti, un guerrier Aztek confirmé (mais il y a des rumeurs d’infiltration japonaise quelque part dans ta généalogie, ca me regarde pas, je m’en fous, tant que tu poses pas tes fesses près de moi aux réceptions officielles ou dans les endroits publics où on risque de nous voir ensemble), tout ce que je veux dire, c’est que t’es un brave type. Au fond. Fondamentalement t’es un mec sympa, c’est sans doute pas de ta faute si le gars qu’a distribué les cartes a oublié de te refiler quelques atouts, peut-être que t’as pas eu de bol, voilà tout. »


     Zenzontli, gardien de la maison obscure des Aztex, est un guerrier sauvage. A la tête de son unité Jaguar, il va participer à la bataille de Stalingrad aux cotés des forces anarkosyndicalistes russes de Makhno contre les nazis.

     Dans un univers parallèle, Zenzontli, gardien de la maison obscure des Aztex, est fier de faire partie du plus grand peuple du monde et de l’Ordre Socialiste International. Certes, ses domestiques se font parfois abattre lors de querelle interne au parti et il risque de finir dans un sacrifice humain, mais c’est pour la gloire de la civilisation Aztek.

     Zenzontli, gardien de la maison obscure des Aztex, dans un troisième monde, travaille dans un abattoir de porcs en Kalifornie. A moins que... A moins que ce ne soit qu’un pauvre mexicain clandestin, exploité par un chef d’équipe tyrannique, ignoré par ses enfants, et dont le cerveau s’invente des vies parallèles délirantes, où l’empire aztèque domine le monde et où il joue un grand rôle.

     Première parution française de Sesshu Foster, poète et professeur de littérature, Atomik Aztek est son seul roman. Le récit est à l’image de son personnage principal : totalement foutraque. Passer à la ligne pour les dialogues, séparer le texte en paragraphe ou indiquer les changements de narrateurs n’ont pas cours ici, ce qui réjouira les lecteurs aventureux et rebutera les autres. De même pour une quelconque cohérence : on peut échapper à un sacrifice humain en décidant qu’il n’a pas eu lieu, aligner les anachronismes, qu’importe, le romancier n’est pas concerné par la suspension d’incrédulité. Au contraire, plus les aventures de Zenzontli sont délirantes, et plus ça marche, comme cette incroyable bataille en haut d’une pyramide. Ajoutons qu’on tombe au fil de la lecture sur plusieurs passages à l’écriture particulièrement belle et forte et on comprendra qu’Atomik Aztek est un ovni à ne pas manquer, pour peu qu’on ne soit pas frileux.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 8/5/2013 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies