Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Assoiffées

Bernard QUIRINY




SEUIL (Paris, France)
Dépôt légal : août 2010
396 pages, catégorie / prix : 21 €
ISBN : 978-2-02-099366-1   



    Quatrième de couverture    
     En 1970, la Belgique est le théâtre d'une révolution d'inspiration prétendument féministe, excluant les hommes de toute vie sociale et instituant une dictature d'un nouveau genre. En France cependant, des militants des causes extrêmes considèrent ce petit enfer totalitaire comme un modèle d'égalité. Quelques-uns, parmi les plus convaincus — d'où se détache la figure drolatique de Pierre-Jean Gould, intellectuel germanopratin — , seront conviés à un premier voyage officiel dans l'Empire des femmes, dirigé d'une main de fer par les « Bergères », Ingrid et sa fille Judith. Sur place, ils seront « promenés » dans des décors en carton-pâte dressés par les propagandistes du pouvoir. Une farce politico-touristique où le tableau ubuesque d'un régime délirant s'accompagne d'une description cocasse de mondains en liberté surveillée, persuadés de participer à un voyage historique.

     On suit, en parallèle, sous la forme d'un journal, l'histoire d'Astrid, une sujette anonyme, qui découvre la réalité paranoïaque du pouvoir, les privilèges des apparatchitzas et leurs caprices insensés...

     Dans ce récit burlesque, qui mêle le sarcasme à la gravité, Bernard Quiriny nous livre une réflexion mordante sur les excès du fanatisme et du pouvoir absolu.

     Né en 1978 en Belgique, Bernard Quiriny est l'auteur de L'Angoisse de la première phrase (2005) et de Contes carnivores (2008), deux recueils de nouvelles fantastiques couronnés par de nombreux prix, notamment celui de la Vocation, le prix Victor-Rossel et le prix du Style. Les Assoiffées est son premier roman.
 
    Critiques    
     Bernard Quiriny est un jeune écrivain belge qui s'est fait remarquer avec deux excellents recueils de nouvelles fantastiques, L'Angoisse de la première phrase (Phébus) et Contes carnivores (Points). Des textes inventifs à l'écriture acérée, d'une ironie mordante, souvent teintés d'onirisme, de surréalisme, et qui doivent tout autant à Marcel Aymé qu'à Will Self. Intéressant mélange ! Les Assoiffées est donc le premier roman de Quiriny ; l'occasion de voir s'il confirme, sur un format plus long, toutes les qualités déjà présentes dans ses nouvelles.

     En 1970, un mouvement révolutionnaire qui prône un féminisme radical prend le pouvoir aux Pays-Bas, puis en Belgique et au Luxembourg. L'ancien Benelux devient alors « l'Empire des femmes », une dictature féroce dirigée par les « Bergères », Ingrid et sa fille Judith. Dans ce territoire désormais fermé au reste du monde, les femmes règnent ; quant aux hommes (ceux qui ont survécu à la révolution !), ils sont traités, dans le meilleur des cas, comme des esclaves serviles et dociles. Une délégation française — constituée de journalistes, de féministes extrémistes, et emmenée par Pierre-Jean Gould, un intellectuel mondain — obtient l'autorisation de se rendre en Belgique pour un voyage officiel. Tous les membres de ce groupe ont en commun d'être fascinés par ce nouveau modèle social matriarcal. Mais arrivés sur place, ils sont ballottés sans ménagements d'un endroit à un autre selon un programme préétabli par les autorités. Encadrés, surveillés en permanence par des « soldates » et des « brigadières » ; ils comprennent vite qu'ils ne verront de ce pays que ce que le régime voudra bien leur montrer. Eux qui étaient venus pour rendre compte du vrai visage de cette Belgique nouvelle ! Les voilà muselés, ouvertement manipulés par les autorités belges. Ce qui n'a pas l'air de les troubler, bien au contraire : qu'il s'agisse d'une école, d'un « village de femmes », ou d'un « camp de rééducation » pour les hommes ; ils se font tous un devoir de s'extasier et d'applaudir... En parallèle au récit des pérégrinations des Français, on découvre — sous la forme d'un journal intime — la vie d'Astrid, une femme belge d'une quarantaine d'années, qui, par une suite de circonstances inattendues, va devenir très proche de Judith, la « Bergère », la dirigeante toute puissante de cet « Empire des femmes »...

     Les Assoiffées est un curieux objet littéraire. En apparence, il s'agit d'une uchronie. Mais à la lecture, les choses se compliquent. Car Quiriny ne cherche à aucun moment à rendre son récit réaliste, ni même tout simplement crédible. Les Assoiffées est une parabole, une farce à l'humour grinçant, une fable décalée dans le temps et dans l'espace, souvent grotesque, parfois volontairement caricaturale, qui fait pourtant sans cesse écho à des faits historiques bien réels, même s'ils ne sont jamais nommés explicitement. En fait, le roman fonctionne plutôt par résonances, par analogies : Quiriny nous confronte à des situations imaginaires — délirantes, hallucinatoires, outrancières — totalement fictives, mais qui ont cependant un très fort goût de déjà vu. Au lecteur ensuite de faire la soudure entre fiction et réalité. On suit donc les mésaventures de ce groupe de Français aveuglés par leur idéologie, au point d'être incapables de voir ce qu'il y a réellement à voir : le spectacle atroce d'une tyrannie organisée et démente à la fois. Impossible de ne pas penser à l'actuelle Corée du Nord, à la Roumanie de Ceausescu, à la Chine de Mao, ou à tant d'autres exemples...

     Au final, sous ses allures de « blague belge », Les Assoiffées est une critique acerbe de tous les fanatismes politiques. L'influence de Will Self est évidente (l'idée de départ du roman, le traitement narratif, l'ironie acerbe...), mais nullement gênante. Le seul vrai regret qu'on peut avoir par rapport à ce roman, c'est sa fin, trop vite expédiée. C'est d'autant plus dommage que le parti pris choisi par Quiriny — aller vers l'outrance, l'exagération, sans forcément chercher à être plausible — lui donnait une très grande latitude pour conclure son récit. Ceci dit, ce défaut n'empêche pas Les Assoiffées d'être une belle surprise. Bernard Quiriny nous offre un premier roman bien déjanté ; une farce incisive, décapante, efficace, et qui donne à réfléchir. Il n'y a pas de doute : cet écrivain belge — excentrique, légèrement fêlé, mais très talentueux — est à suivre de près.

Xavier BRUCE
Première parution : 1/1/2011 dans Bifrost 61
Mise en ligne le : 28/3/2013


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies