Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Attaque des dauphins tueurs

Julien CAMPREDON



Illustration de Mayumi OTERO & Raphaël URWILLER

MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE
Dépôt légal : novembre 2011
128 pages, catégorie / prix : 14,00 €
ISBN : 978-2-953366-45-7   
Genre : Fantastique 



    Quatrième de couverture    
     D'une station balnéaire menacée par des dauphins obsédés et bohèmes, aux différents risques à passer un pacte avec le diable dans le milieu de la recherche bio-médicale où tout le monde se marche dessus, en passant par un livre uruguayen à faire infuser et capable de résoudre tous les problèmes de logement, Julien Campredon nous offre ici cinq nouvelles parfaitement troussées, qui attrapent le bon sens au lasso et le retournent comme un petit veau avant de le faire rôtir au barbecue. Dans la continuité de Brûlons tous ces punks pour l'amour des elfes, l'auteur, toujours armé d'une imagination et d'une langue débridées, fait souffler un vent littéraire nouveau, chaud, drôle et grinçant sur les travers de la société moderne.

     Julien Campredon est né le 15 juin 1978 à Montpellier, il a publié plusieurs recueils de nouvelles et travaille aujourd'hui à son premier roman.

    Sommaire    
1 - Diablerie diabolique au clubhouse, pages 5 à 26
2 - Le Vengeance du livre uruguayen, pages 27 à 49
3 - La Coulée de béton infernale, pages 51 à 72
4 - L'Attaque des dauphins tueurs, pages 73 à 99
5 - M., M. M., D. & M., pages 101 à 126
 
    Critiques    
     Julien Campredon est un jeune nouvelliste français né en 1978. À son actif, plusieurs recueils de nouvelles, chez Monsieur Toussaint Louverture (éditeur qui nous propose systématiquement de très beaux livres, à la finition très soignée) et Léo Scheer. En 2006 paraissait chez Monsieur Toussaint Louverture Brûlons tous ces punks pour l'amour des elfes ; ce livre ressort dans une édition « véloce » (entendez : plus courte, donc plus efficace) pour accompagner la sortie de L'attaque des dauphins tueurs, et la lecture conjointe de ces deux volumes s'impose pour saisir toute l'originalité de l'auteur. Car, en effet, dès la préface du premier livre, on comprend que Campredon va nous emmener sur des itinéraires quelque peu mouvementés : dans son texte introductif, l'éditeur Dominique Bordes recopie la lettre que son futur auteur lui fit alors pour accompagner la soumission de son premier manuscrit. Très largement inspirée de Borges, cette correspondance est une nouvelle en soi, Julien Campredon narrant ses recherches tragi-comiques de la Bibliothèque Universelle. Ce recueil commence donc dans un grand éclat de rire, et la promesse que ce nouvelliste ne fait rien comme les autres (n'oublions pas le titre du livre, toute une promesse en soi). Le texte inaugural (« Le Lièvre, l'olivier et le représentant en ronds-points ») est une fable de nonsense légèrement inquiétante sur les bords, un représentant en ronds-points sillonnant le pays pour tenter de démarcher les maires... Le second, « La Branleuse espagnole », revisite la mythologie grecque du point de vue d'un docker à Sète, biker et amateur de bière et de femmes tatouées. De ce mélange improbable naît un pur moment de bonheur, marqué par un travail stylistique impressionnant de Campredon, mais on en reparlera. « De l'homme idéal de ma femme, d'elle et de ma maîtresse » (admirons au passage le goût certain de l'auteur pour des titres à nul autre pareil) est un récit emberlificoté de relation conjugale qui tente de se réinventer par le biais d'expédients imprévisibles. Le plus original conte du mari, de la femme et de l'amant qu'il m'ait été donné de lire. Dans la nouvelle qui donne son titre au recueil, il suffira de décrire la situation de départ (des gardiens de musée qui, tels des snipers dans une guerre civile, dégomment des hordes de punks qui s'attaquent à la vénérable institution) pour comprendre qu'encore une fois Campredon ne ressemble guère à tout ce qu'on peut lire par ailleurs. On laissera donc au lecteur de cette chronique la surprise des textes suivants, qui revisitent Kafka (« Avant Cuba ! », l'érotisme (« Heureux comme un Samoyède ») ou encore la politique (« Jean-François Cérious ne répond plus »)... Tout en l'avertissant que cette plongée dans les univers tordus de Julien Campredon risque fort de lui occasionner le mal des caissons, tant on a envie de rester en immersion longue durée. Car l'auteur sait y faire : son style, généreux, enlevé, communicatif, est une merveille d'adéquation de la forme au fond. On pourrait picorer ici ou là une citation, mais on aurait un embarras du choix tel que ce dernier deviendrait cornélien, tant ces pages recèlent de trésors.
     L'attaque des dauphins tueurs est légèrement plus court que son prédécesseur, puisqu'il ne nous présente que cinq textes. Mais le plaisir du mariage du style, de l'absurde et de l'inventivité est toujours là. Dans le texte qui donne son titre au recueil, où l'on voit donc des dauphins surgir d'un peu partout, dans un monde en proie au couvre-feu militaire ; et si les dauphins, plutôt que de représenter une menace, n'étaient pas la dernière forme possible de liberté ? « Diablerie diabolique au clubhouse » reprend le thème du pacte avec le diable, sur fond de swing et autres birdies (comprenez : de golf), en déroulant avec un bonheur compulsif la pelote de conséquences abracadabrantesques issues du postulat de départ. « La vengeance du livre urugayen » est une sorte de mariage entre Jorge Luis Borges (référence évidente et revendiquée de l'auteur) et le Robert Sheckley de « La clef laxienne ». « La coulée de béton infernale » manie le rire et le drame écologique, à mesure que le béton recouvre peu à peu tout le paysage. Enfin, « M., M. M., D. & M. » est un texte totalement improbable, peut-être le plus invraisemblable du recueil, où le narrateur nous parle depuis un jet-ski planté en plein milieu d'un rond-point à quelques kilomètres de la mer et nous raconte comment il en est arrivé là.
     Au final, ces deux livres nous présentent un jeune auteur déjà incontournable, qui sait marier à merveille humour et inventivité, dans une déferlante iconoclaste, mâtinée de nonsense et de surréalisme, et portée par un style gourmand et jouissif. Une bien belle découverte.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 18/12/2011 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies