Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Ange des Larmes

Jean-Claude BOLOGNE



Illustration de Néjib BELHADJ KACEM

CALMANN-LÉVY (Paris, France), coll. Interstices n° (24)
Dépôt légal : avril 2010
242 pages, catégorie / prix : 17,50 €
ISBN : 978-2-7021-4092-5
Format : 15 x 23 cm  



    Quatrième de couverture    
     « Le Christ recolle l’oreille du soldat mutilé et avertit son disciple : celui qui use du glaive périra par le glaive. Cela lui avait toujours semblé absurde : le pêcheur du lac de Tibériade n’avait pas de raison de porter un glaive. Un couteau, en revanche, c’est plausible. Il reste que saint Pierre est mort crucifié, et non par le glaive. Une prophétie du Christ non avérée, cela fait désordre. »

     Parce qu'une faute de l'archange Cassiel empêcha jadis cette prophétie de se réaliser, celui-ci fut condamné à errer en silence parmi les hommes jusqu'à ce que le glaive retrouve son fourreau, jusqu'à ce que le cycle de la violence prenne fin — et que l'expérience humaine parvienne à son terme.
     Sa route va finir par croiser celle de Pierre, un jeune noble révolté pris dans l'exaltation du Paris d'après-Commune. Là, alors même que l'Histoire — à moins que ce ne soit le baron Téragon, l'adversaire diabolique de Cassiel — décide du régime à venir de la France, Pierre va devoir choisir qui écouter, de l'ange des larmes ou du démon, pour accomplir sa destinée...

     Une oeuvre forte, à fleur de peau, qui n'est pas sans évoquer Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov.

     Né à Liège en 1956, Jean Claude Bologne vit aujourd'hui à Paris où il enseigne l'iconologie médiévale. Critique littéraire pendant une douzaine d'années (La Wallonie, Le Magazine littéraire, RTBF, Tageblatt...), il se consacre désormais essentiellement à l'écriture. Il appartient au mouvement littéraire « Nouvelle Fiction ».
 
    Critiques    
     Comme nombre d'auteurs de la Nouvelle Fiction, Jean-Claude Bologne flirte très régulièrement avec les genres de l'imaginaire. Pour preuve, il est cité à la fois dans les guides Folio SF de Francis Valéry (SF, pour Le chanteur d'âme, 1997) et Francis Berthelot (transfictions, pour Le dit des béguines, 1993). Aussi n'est-ce point surprenant de le voir faire son entrée au sein de la collection « Interstices », qui propose des livres originaux à la marge des genres.
     Cassiel est l'archange qui a douté, causant par là même la non-réalisation d'une prophétie du Christ (« celui qui use du glaive périra par le glaive »). En guise de pénitence, il a été condamné à errer au milieu des êtres humains, sans pouvoir s'exprimer, jusqu'à ce le glaive de la prophétie retrouve son fourreau.
     Ce glaive, c'est vraisemblablement celui que Pierre de Mousquy, le protagoniste du présent roman, a volé à son oncle. En effet, ce jeune aristocrate est devenu indésirable auprès de sa propre famille en prenant partie pour les Communards. Depuis, il se pique d'être poète, mais peine à subsister, d'autant plus qu'il est amoureux de Marie, une jeune femme du peuple. C'est pour cela qu'il comptait tirer quelque monnaie de la revente de ce couteau réputé être celui qui a tué Henri IV. Il va néanmoins très vite déchanter : le couteau semble n'intéresser aucun antiquaire ; mais ce n'est rien par rapport au déferlement de visions nocturnes cauchemardesques qui s'imposent bientôt à lui.
     Bologne s’amuse ici avec l’Histoire, créant une intrigue qui s’étend sur des siècles – même si l’essentiel se concentre sur les mésaventures de Pierre --, dans un rapprochement de certains des parricides les plus connus. Il mêle avec bonheur les faits authentiques et la lutte pour le pouvoir entre Cassiel et son ennemi, le baron Téragon. Dans un style très travaillé, qui n’évite toutefois pas les redites, il propose au lecteur un thriller érudit, sans toutefois que l’on se sente lâché si l’on n’a pas les connaissances religieuses ou historiques nécessaires à la parfaite compréhension de L’ange des larmes. Des personnages attachants (même si Pierre est parfois agaçant de par son côté irrésolu et ses atermoiements sans fin), et un humour qui baigne très subtilement l’ensemble y sont certainement pour quelque chose.
     Au final, L'ange des larmes saura sans doute révéler au public de l'imaginaire un auteur que l'on avait encore rarement vu dans une collection spécialisée ; Jean-Claude Bologne fait montre ici d'une érudition certaine et d'un style inspiré qui sauront ravir les amateurs de divertissements littéraires.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 4/8/2010 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies