Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
W.O.M.B.

Thomas BECKER & Sébastien WOJEWODKA



Illustration de Patrick IMBERT

ActuSF , coll. Les Trois Souhaits n° (24)
Dépôt légal : juin 2009
94 pages, catégorie / prix : 7 €
ISBN : 978-2-917689-14-1   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Enfermé dans une singulière prison, j'ignore pourquoi je suis là. Pas un miroir pour me renvoyer mon reflet, pas un indice sur mon nom. Rien. Seul Avatar, une Intelligence Artificielle omnisciente, m'ouvre une fenêtre sur un hypothétique ailleurs. La folie s'invite, sournoise... A quelles extrémités peut-elle conduire ?

     Innervé d'absurde, « Channel Chain Schizoid » de Thomas Becker n'est pas sans rappeler les romans de Beckett ou les textes les plus extrêmes de Philip K. Dick. Il est suivi par « Untitled ou l'Intercession » de Sébastien Wojewodka, récit construit comme un labyrinthe de miroirs. Laissez-vous prendre au jeu des univers enchâssés de W.O.M.B.

     Sébastien Wojewodka et Thomas Becker sont tous deux titulaires d'une Maîtrise de filmologie. Le premier est documentaliste et le second s'est fait connaître comme critique littéraire et blogueur sous d'autres identités.

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Le moins que l’on puisse dire à la vue de ce livre, c’est qu’il revendique haut et fort son statut d’O.L.N.I. (Objet Littéraire Non Identifié) : couverture splendide mais intrigante voire un peu déstabilisante de Patrick Imbert, titre étonnant à la typographie qui ne l’est pas moins ( »wilderness of mirrors /broken/ », soit en raccourci W.O.M.B., à savoir utérus en anglais, mais aussi agent double)... Mystérieuse aussi, l’identité de l’un des deux auteurs : Thomas Becker, critique littéraire et blogueur, que l’on dit capable de disséquer en (très) long et en (très) large des œuvres comme celles de Fabrice Colin ou Alain Damasio. Bref, on sent avant d’ouvrir le livre que les auteurs et leur éditeur tentent de nous faire perdre pied... et ce n’est pas en jetant un œil au sommaire que cela s’arrange : en plus des Becker et Wojewodka précités, on nous présente Joseph Kalaazar, signataire de la préface, ainsi que nombre de professeurs émérites aux noms invraisemblables (qui se révéleront finalement tous purement fictifs, pour se cacher derrière le seul Wojewodka). C’est donc avec une gourmandise certaine, teintée d’un zeste d’appréhension – le gâteau est attirant, mais son goût saura-t-il nous convenir ? – qu’on entame la lecture.
     La préface de Kalaazar, donc, est censée nous donner certaines clés de la personnalité et de l’œuvre de Becker : on y évoque Bergson, Deleuze ou encore Dostoïevski. Le ton est ainsi donné : mieux avoir quelques notions pour comprendre ce qui va suivre (il peut être aussi intéressant de relire la préface après la nouvelle de Becker, on y redécouvrira des nouveaux éléments qui pourraient nous avoir échappé à la première lecture).
     Ce qui suit, c’est donc « Channel Chain Schizoid », de Thomas Becker. L’histoire d’un homme sans nom, enfermé dans un appartement carré, avec quatre pièces réparties de part et d’autre d’un couloir en forme de croix. Depuis des années, il vit là-dedans, sans aucun contact avec l’extérieur ; il ne dispose en tout et pour tout que d’un ordinateur, Avatar, sur lequel il peut consulter des informations comme des encyclopédies, mais rien sur l’actualité du dehors. Parmi les pièces, il y a le Temple, et l’Au-delà, endroit qui lui est interdit. On suit les divagations – à moins que ça ne soit de la lucidité à l’état pur ? – de cet homme à mesure qu’il s’interroge sur son identité, le pourquoi de ce qu’il subit, le monde extérieur, la divinité (peut-être, après tout, s’est-il enfermé tout seul ?), la schizophrénie, la réalité... Bref, un texte que n’aurait pas renié un Philip K. Dick (du reste cité en quatrième de couverture), et dont le lecteur cherchera longtemps les clés, sans garantie de pouvoir finalement les trouver. J’avoue sans doute ne pas avoir su décrypter une bonne partie des références de cette nouvelle, mais cela ne gêne en rien sa lecture, d’autant plus que le style de Becker est d’une précision toute chirurgicale.
     Vient alors « Untitled ou l’Intercession », de Sébastien Wojewodka, sorte de récit-gigogne où l’on nous donne à lire texte, analyse du texte, bout d’essai inachevé... Si vous n’avez rien compris à la nouvelle de Thomas Becker, ça ne risque pas de s’arranger ici. On appréciera donc selon ses goûts l’un ou l’autre des fragments ( »Herméneutique de l’interne » m’a semblé le plus réussi), ainsi qu’une certaine forme d’humour (le nom des personnages, comme par exemple Wademecon Gruenz) et les jeux en miroirs entre l’auteur, ses textes, et leur relation à celui de Becker. Mais il n’en reste pas moins qu’on ressort en se disant que Wojewodka s’est sans doute bien éclaté en écrivant tout cela, en tout cas bien plus que le lecteur en le lisant (répétez après moi : « une certaine forme d’achoppement ontologique n’a pas manqué de me saisir en antéprédication à une analyse visant à l’impeccable exhaustion [...] », p. 89)...
     Œuvre originale, hermétique, inégale, déstabilisante, exigeante, W.O.M.B. saura ainsi intéresser les amateurs de bizarreries et autres trucs tordus, et rebutera sans doute les partisans d’une lecture confortable. Pour reprendre une formule éculée, mais parfaitement adaptée dans le cas présent, il ne devrait laisser personne indifférent.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 4/8/2009 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies