Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Djeeb le Chanceur

Laurent GIDON


Cycle : Djeeb vol.


Illustration de Marc SIMONETTI

MNÉMOS , coll. Icares n° (134)
Dépôt légal : juin 2009
276 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-35408-053-2   
Genre : Fantasy 



    Quatrième de couverture    
     Ambeliane ! Quels mystères cache cette cité close dont les hardis marins règnent sur le trafic hauturier de l’Arc Côtier ? Pour Djeeb Scoriolis, la curiosité est trop forte. Artiste aventurier, esthète bateleur épris du beau geste, il prend tous les risques pour percer les secrets d’Ambeliane. Et là, des tavernes du port aux palais du Lorne, il va pouvoir donner son plus beau spectacle : survivre !

     Tel un Quichotte rajeuni et doté de talents inattendus, Djeeb le Chanceur nous entraîne dans un monde de parfums, de couleurs et de sons, où l’élégance et les plus hautes traditions masquent mal les ambitions contradictoires de l’homme. Un voyage plaisir, gourmand et chatoyant, servi par le chant d’une langue généreuse.

     Né à Annecy en 1966, patins à glace et skis aux pieds, Laurent Gidon est un vrai haut savoyard. Après un détour par Dublin, Berlin et Paris, il est revenu avec sa petite famille près d'Annecy pour exercer sporadiquement son métier de rédacteur publicitaire, mais surtout, profiter de la région au fil des saisons et prendre le temps d'écrire.
 
    Critiques    
     Don Lorenjy s'était fait connaître avec Aria des Brumes, premier roman remarqué publié chez Le Navire en pleine ville, dans la collection « Sous le vent » destinée aux adolescents. C'est désormais sous son nom véritable, Laurent Gidon (pour connaître l'origine du pseudonyme Don Lorenjy, amusez-vous donc avec les syllabes du vrai nom), qu'il nous revient, avec un livre pour adultes, aux éditions Mnémos.
     Djeeb le Chanceur est un homme étonnant. Il arrive à Ambeliane, cité côtière, en propriétaire d'un navire marchand. Mais il apparaît bien vite qu'il ne connaît rien en matière de navigation maritime. Et ses premiers pas dans Ambeliane vont l'amener de Charybde en Scylla, à mesure que son tempérament libre et frondeur le fait défier les grands de la cité. Heureusement pour lui, sa bonne fortune ne le lâche jamais : il a en effet un sorte de don naturel, qui lui permet de tirer toutes les conséquences de l'observation de son environnement, et d'influer discrètement sur les événements pour, de toutes les alternatives possibles, choisir celle qui servira le mieux ses intérêts.
     A la lecture de Djeeb le Chanceur, on pensera immédiatement à un maître de la science-fiction, auquel Gidon rend clairement hommage ici : Jack Vance. Son Djeeb emprunte en effet beaucoup à certains personnages de Vance, Cugel en tête. Comme lui, il sait se dépatouiller de situations pour le moins compromises, il joue sans vergogne de l'humour et du sarcasme, et a le don pour vivre des aventures complètement invraisemblables. Laurent Gidon sait à merveille évoquer le plaisir jouissif qu'on a pu éprouver à lire les aventures de l'Astucieux. Et si jamais certains doutent encore de la référence à Vance, qu'il suffise de signaler l'existence d'un personnage, Magnus Rivolt, dont le nom est quasiment identique à celui d'un des protagonistes de l'auteur américain, Magnus Ridolph.
     Toutefois, il ne faudrait réduire Djeeb le Chanceur à un simple hommage, aussi réussi soit-il. Car Gidon a su trouver sa voix, une voix originale, qui passe avant tout par un style assez impressionnant : la langue est belle, évocatrice, fleurie, surprenante, en un mot elle sert parfaitement le personnage central et ses aventures. Et même si de manière ponctuelle elle est tellement travaillée qu'une certaine lourdeur se fait sentir, elle reste éminemment lisible et confère à cet ouvrage un ton très personnel.
     Tout style ne saurait néanmoins faire oublier le contenu du livre. Et là, malheureusement, Gidon n'a pas su l'élever suffisamment. En effet, Djeeb arrive à Ambeliane, y vit des aventures palpitantes... et c'est tout. Il n'est nullement question de remettre en cause le déroulement des événements, puisque l'ouvrage est rythmé comme il sied à toute fantasy qui se respecte, mais plutôt de se dire une fois le livre lu : « Tout ça pour ça ? ». Au fil des pages, certaines hypothèses avaient été suggérées qui auraient rajouté de l'intérêt (qui est vraiment Djeeb ?), mais elles ne correspondent à aucune réalité. De telle sorte qu'on reste un peu sur sa faim, comme si on avait eu affaire au premier roman d'une série
     Mais que ce défaut, qui ne ressort que lorsque l'on a terminé la lecture et pris un peu de recul, ne vous empêche pas de savourer Djeeb le Chanceur pour ce qu'il est : une tranche de vie, tourmentée et drolatique, dans l'existence d'un personnage vancien en diable, et servie par une écriture inspirée. Laurent Gidon/Don Lorenjy a sans conteste réussi son passage au roman adulte.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 13/7/2009 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies