Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Apocalypse Maya

Frédérique LORIENT



Illustration de Samuel COCHETEL

SYROS , coll. Soon n° 1
Dépôt légal : mai 2008
256 pages, catégorie / prix : 14,50 €
ISBN : 978-2-74-850666-2   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Maya est une petite planète perdue au fin fond du cosmos, colonisée depuis peu par la société AgroCorp qui y expérimente du maïs génétiquement modifié.
     Après la mort de sa mère, Jové est envoyé sur Maya chez son grand-oncle Trree, un étrange personnage d'origine indienne qui a bourlingué sur toutes les planètes colonisables. Trree va confier à Jové le secret de Maya : la planète abrite une forme de vie intelligente, des sortes de serpents à fourrure munis d'un seul oeil cyclopéen, qu'il a baptisé « Suris ». Ils utilisent un langage à base de soupirs, vénèrent un dieu maïs et peuvent être de redoutables guerriers.
     Pour les responsables d'AgroCorp, bien décidés à exploiter la planète, les Suris ne sont que des animaux. Cette erreur se révèlera tragique...

     Un roman poétique et visuel sur la difficile reconnaissance de l'Autre, qui renvoie (comme Les Chroniques martiennes de Ray Bradbury) au génocide indien.
 
    Critiques    
     Jové vient d'arriver sur la planète Maya et loge dans la hutte de son grand oncle Trree. Celui-ci lui demande de porter une jarre remplie de grains de maïs dans une clairière proche. À force d'hésiter, la nuit tombe et Jové panique. Mais face à l'attitude inflexible de son oncle qui lui refuse tout système d'éclairage, « la lumière des étoiles est suffisante » dit-il, Jové trouve les ressources pour accomplir cette tâche, malgré les mouvements, les bruits de glissade qui l'accompagnent dans l'obscurité.
     Quelques instants plus tard, Jové, après un second voyage pour rechercher l'offrande laissée par les êtres de la nuit, s'attable avec son parent. Celui-ci met les points sur les i. Il lui explique qu'il va bientôt mourir, que Maya : « est une planète compliquée, belle et dangereuse » et qu'il n'aura sans doute pas le temps de lui apprendre tout ce qu'il faut savoir pour survivre. Puis il lui démontre qu'il est impossible qu'il soit son neveu. Il est d'origine indienne, alors que Jové est d'origine européenne. Si après la mort soudaine de sa mère, (il n'a jamais connu son père) dans une filiale d'AgroCorp, Jové a été envoyé si rapidement sur cette planète lointaine, c'est qu'il y a quelque chose de louche !
     Peu à peu Jové découvre une étrange société de serpents que Trree appelle Les Suris, qui utilisent un langage fait de soupirs et qui adorent le maïs comme un dieu.
     Les responsables d'AgroCorp, qui ont commencé l'exploitation de la planète avec un maïs modifié veulent étendre les zones de culture. Mais le maïs se révèle mortel pour les suris. Jové trouvera-t-il les réponses à ses questions ? Pourquoi a-t-il été envoyé sur Maya ? Pourra-t-il choisir entre Trree et sa défense de la vie locale, et la société d'agroalimentaire qui veut détruire tout ce qui ne respecte pas ses plantations ?

     Frédérique Lorient brosse un portrait superbe d'un adolescent transplanté brutalement dans un monde inconnu dont il a tout à découvrir. Elle construit une intrigue prenante sur l'acceptation de la différence, surtout si celle-ci est importante. Elle confronte deux mondes qui veulent s'ignorer, l'un étant indigène avec des traditions qui semblent incompréhensibles, l'autre avec des soucis de productivité et de rentabilité qui occultent toute ouverture d'esprit.

     L'auteur anime, autour de Jové, une galerie de personnages attachants que ce soit Trree, le vieil indien bourlingueur ou Nora, la jeune stagiaire sortie major de la promotion d'entrée à l'Agro d'État et qui est promise à un brillant avenir au sein de AgroCorp. Certes des personnages secondaires peuvent paraître caricaturaux. Mais ne rencontrons-nous pas, régulièrement, des individus qui sont des caricatures de figures médiatiques ?

     L'auteur émaille son histoire de nombre de réflexions sur la vie en société, insistant sur le respect des autres. Elle insiste sur le fait de ne pas juger en fonction de ses propres critères, mais de prendre le temps de se mettre à la place des autres, de tenter de comprendre leur mode de vie. Ainsi, Jové se fait rabrouer par son oncle : « Ma misère ? Que sais-tu de ma prétendue misère, petit blanc-bec ? Garde toi de me juger d'après tes critères. »
     Elle aborde aussi la question des aliments modifiés, les raisons de ces mutations mais sans prendre partie, laissant à chacun le choix de juger selon ses propres convictions.

     Apocalypse Maya est un roman au rythme tonique, à la faune novatrice et aux personnages charismatiques. Il offre un excellent moment de lecture et inaugure une collection qui débute fort bien !



Serge PERRAUD
Première parution : 22/7/2008 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies