Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Galaxies n° 42

REVUE


Cycle : Revues - Galaxies  vol. 42


Illustration de Aleksi BRICLOT

GALAXIES , coll. Galaxies (revue) n° 42
Dépôt légal : mai 2007
192 pages, catégorie / prix : 11,50 €
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Stéphanie NICOT, Éditorial, pages 3 à 4, Éditorial
2 - Megan LINDHOLM, Coupée (Cut), pages 5 à 16, trad. Fabrice LEMAINQUE
3 - Jean-Michel CALVEZ, Sang d'encre, pages 17 à 36
4 - Raymond ISS, L'Ambassadeur, pages 37 à 51
5 - Laurent GENEFORT, Patchwork, pages 53 à 77
6 - Alain DAMASIO, So phare away, pages 79 à 107
7 - (non mentionné), Infos, pages 109 à 109, Notes
8 - Olivier NOËL, Alain Damasio, le vif du sujet, pages 110 à 125, Article
9 - Olivier NOËL, Il n'y a pas d'univers qui vive sans la ressource d'une syntaxe, d'un rythme, d'un lexique..., pages 127 à 136, Entretien
10 - (non mentionné), Bibliographie d'Alain Damasio, pages 137 à 137, Bibliographie
11 - (non mentionné), Règlement du Concours de la Nouvelle Infini 2007, pages 139 à 140, Notes
12 - Léa SILHOL, La Parole à... Léa Silhol : Fandom / Fuckdom, pages 143 à 146, Chronique
13 - COLLECTIF, Lectures, pages 147 à 185, Critique(s)
14 - (non mentionné), Infos, pages 186 à 187, Notes
15 - COLLECTIF, Courrier, pages 188 à 191, Courrier

    Critiques parues dans ce livre disponibles en ligne    
La Saison de la sorcière, Roland C. WAGNER (critique de Xavier BRUCE)
Le Chant du cosmos, Roland C. WAGNER (critique de Xavier BRUCE)
La Nef des fous, Richard Paul RUSSO (critique de Sandrine BRUGOT MAILLARD)
Comment écrire de la Fantasy et de la Science-fiction, Orson Scott CARD (critique de Lucie CHENU)
Coalescence, Stephen BAXTER (critique de Tom CLEGG)
On a marché sur Mars, Robert ZUBRIN (critique de Claude ECKEN)
La Loi du talion, Gérard KLEIN (critique de Claude ECKEN)
Sixième Colonne, Robert A. HEINLEIN (critique de Claude ECKEN)
Les Chrysalides, John WYNDHAM (critique de Claude ECKEN)
Tongre, Yves FRÉMION (critique de Jonas LENN)
C'est l'Inuit qui gardera le Souvenir du Blanc, Lilian BATHELOT (critique de Jonas LENN)
La Veillée de Newton, Ken MacLEOD (critique de Stéphane MANFREDO)
Grande jonction, Maurice G. DANTEC (critique de Olivier NOËL)
Minuscules flocons de neige depuis dix minutes, David CALVO (critique de Olivier NOËL)
La Voix de Wormwood, Ian WATSON (critique de Olivier NOËL)
SIVA, Philip K. DICK (critique de Xavier NOY)
L'Invasion divine, Philip K. DICK (critique de Xavier NOY)
La Transmigration de Timothy Archer, Philip K. DICK (critique de Xavier NOY)
Les Gardiens d'Aleph-Deux, Colin MARCHIKA (critique de Bruno PARA)
Flandry défenseur de l'empire terrien, Poul ANDERSON (critique de Bruno PARA)
Marine des étoiles, Loïc LE BORGNE (critique de Pascal PATOZ)
Élévation, David BRIN (critique de Marie SURGERS)
Le Savoir interdit, Stephen R. DONALDSON (critique de Marie SURGERS)
De la poussière à la chair - Souvenirs d'une famille d'immortels, Ray BRADBURY (critique de Jean-François THOMAS)
Aussi libres qu'un rêve, Manon FARGETTON (critique de Jean-François THOMAS)
Aube d'acier, Charles STROSS (critique de Pascal J. THOMAS)
L'Algébriste, Iain M. BANKS (critique de Pascal J. THOMAS)
Des parasites comme nous, Adam JOHNSON (critique de Éric VIAL)
Né avec les morts, Robert SILVERBERG (critique de Éric VIAL)
Semailles humaines, James BLISH (critique de Éric VIAL)
 
    Critiques    
     Alors que le numéro 41 (réservé aux abonnés) n'est toujours pas sorti au moment où j'écris ces lignes, paraissait en mai le numéro 42 de Galaxies (ça c'est du paradoxe temporel !). Au sommaire, quatre nouvelles de Jean-Michel Calvez, Laurent Genefort, Raymond Iss et Megan Lindholm, un dossier Alain Damasio (contenant une novella, disons... expérimentale pour être poli), un billet d'humeur de Léa Silhol, une rubrique lectures (très en retard et mollassonne) et l'inénarrable courrier des lecteurs. Pour ce qui est des nouvelles, il y a du très bon : « Coupée » de Megan Lindholm (Robin Hobb), un texte coup de poing où l'on suit l'effondrement qu'une grand-mère qui apprend (de la bouche de la principale intéressée) que sa petite fille a décidé de se faire exciser — officiellement c'est plus propre, en fait c'est plutôt « top dernier cri et toutes mes pinecos vont le faire ». La réaction de la grand-mère, typiquement américaine, sera un tantinet excessive — en même temps, on la comprend. « Coupée » est un texte fort qui rappelle les meilleurs nouvelles de Terry Bisson ; on regrettera juste que sa traduction soit maladroite, surtout au niveau des dialogues, qui manquent de naturel (trouvez-moi une ado qui dit systématiquement « cela » à la place de « ça » !).

     Autre excellent texte : « Patchwork » de Laurent Genefort, qui nous permet de revenir sur le monde d'Omale afin de suivre l'enquête d'un médecin légiste hodgqin. Celui-ci a trouvé un morceau de tissu musculaire chile dans un cadavre humain. Le plus étrange, c'est que cette mutilation/modification semble volontaire... Décidément, Laurent Genefort est très à l'aise dans cet univers, et il serait peut-être temps que les éditions J'ai Lu regroupe tous les romans et nouvelles d'« Omale » dans deux gros volumes comme ils l'ont fait avec le cycle de « Rama » d'Arthur C. Clarke. Parce qu'en fin de compte, le moindre texte d'« Omale » est supérieur de loin à toutes les suites de Rendez-vous avec Rama.

     À défaut d'être aussi maîtrisé que celui de Laurent Genefort, le texte de Raymond Iss « L'ambassadeur » est bien écrit et intriguant (on pense à L'Archipel du rêve de Christopher Priest, mais aussi à The Wicker Man de Richard Hardy, disponible en DVD chez Studio Canal). Une fois arrivé à la fin du texte, il convient d'en relire le prologue afin de tirer une interprétation sans doute erronée de ce qu'on a lu. Dommage que ce soit si court, le sujet n'étant au final pas celui d'une nouvelle, mais plutôt celui d'une novella (voire d'un roman). Quant au texte de Jean-Michel Calvez, il nous lance à la poursuite d'un calmar géant qui émet en russe et c'est le moins convaincant des quatre (avec un côté « bien pensant », dur à s'en mettre les doigts dans la gorge).

     On peut parier sans trop prendre de risques, que les fans d'Alain Damasio (dont je ne fais décidément pas partie) trouveront leur bonheur dans ce numéro ; quand aux autres, tout dépend de ce qu'ils attendent d'une revue à 11,50 euros. Une chose est sûre, comparé au catastrophique numéro 40, celui-ci tient infiniment mieux la route.

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2007 dans Bifrost 47
Mise en ligne le : 9/3/2009


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies