Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Au-delà de l'infini

Gregory BENFORD

Titre original : Beyond Infinity, 2004

Traduction de Thierry ARSON
Illustration de LEPTOSOME

PRESSES DE LA CITÉ (Paris, France)
Dépôt légal : janvier 2007
432 pages, catégorie / prix : 22,50 €
ISBN : 978-2-258-06690-8   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Cley est une Originale, une représentante génétiquement pure de la très ancienne race des Ur-humains.

     Comme les autres membres de sa tribu, elle vit dans la forêt et espère passer ses quelques siècles d'existence à travailler dans la grande Bibliothèque de la Vie.
     Mais d'étranges formes de vie transdimensionnelles détruisent la Bibliothèque et tuent tous les Originaux de la Terre. A l'exception de Cley. Ces êtres belliqueux attaquent également les Supras, une autre espèce hautement évoluée. Ceux-ci se retrouvent dans l'incapacité de récupérer les connaissances accumulées par les hommes au fil des millénaires et les archives d'ADN perdues dans les ruines de la Bibliothèque. Tout comme ils ne peuvent protéger Cley...
     Obligée de fuir pour survivre, elle devra s'aventurer au-delà des mondes connus...

     Avec ce roman, dans la lignée des explorations les plus osées du grand Arthur C. Clarke, avec qui il a longtemps collaboré, Gregory Benford, grand nom de la science-fiction classique, explore de nouveaux concepts dans un foisonnement d'idées passionnant, qui entraîne le lecteur dans des abîmes vertigineux.
     Un livre formidablement stimulant pour les neurones !
 
    Critiques    
     Cley est une Originale, autrement dit ce qui se fait de plus proche de l'Ur-Humain tel qu'il est apparu sur Terre. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir des doigts se transformant en autant d'outils de couteau suisse. Elle a en fait été recrée par les Supras, à partir des données conservées dans la Grande Bibliothèque où elle travaille et où elle s'est éprise d'un Supra que son infériorité ne gêne pas. Mais la Bibliothèque est attaquée par un ennemi venu de l'espace, qui éradique tous les Originaux, à l'exception de Cley, laissée pour morte. C'est Traqueur de Modèles, un raton laveur génétiquement modifié d'une intelligence aiguë, qui lui sauve la vie. Mais les archives d'ADN ont été détruites, ce qui fait de Cley la dernière représentante des Ur-humains. Traquée, elle décide d'affronter son ennemi, le Malin, créé par des extraterrestres à présent disparus, un destructeur de mondes auquel on avait opposé jadis un ennemi de puissance comparable dont on a perdu la trace.

     Dans un futur très lointain, le concept d'humanité a évolué au point de ranger les représentants actuels parmi les hommes des cavernes. Cley elle-même, de par son relatif isolement au sein de la Bibliothèque, découvre avec étonnement des espèces capables de l'expédier dans une des dimensions cachées de l'univers. D'autres, comme le Balancier Stellaire, une baguette géante bondissante en rotation autour d'une planète, constituent un moyen de transport à travers les mondes. Des squales de l'espace sillonnent le vide à la recherche de Léviathans ou apparentés pour se repaître des parasites et voyageurs qui y nichent.

     L'étrangeté plus que déstabilisante de cet univers ne donne que plus de force au leitmotiv que Cley entend depuis le début de son équipée, à savoir qu'elle n'est pas le summum de la création et que son espèce a même contribué à en créer d'autres qui lui sont supérieures. C'est ainsi que Traqueur, avisé compagnon de route, considéré comme quantité négligeable par les Supras qui ont laissé l'espèce se développer seule, apparaît de plus en plus comme une pièce importante de l'échiquier qui dissimule sa véritable nature.

     Gregory Benford a poussé ici l'humanité dans ses ultimes développements, plantant un décor d'un exotisme absolu. Si le lecteur est bluffé par l'inventivité dont il fait preuve à chaque page, il est en même temps dérouté par l'étrangeté qui prévaut du début à la fin. Le récit lui-même manque de relief, ne serait-ce que parce que durant une grande partie du livre, Cley et Traqueur sont les seuls protagonistes affrontant des dangers liés à l'environnement. Déjà trop éloignés de l'humanité primitive, les protagonistes peinent à nous faire partager leurs émotions ou leur motivations, ce qui nuit grandement à l'intérêt qu'on peut leur porter. Au-delà de l'infini est une superbe construction intellectuelle, brillante sur le plan des idées, mais à qui il manque une âme pour provoquer l'adhésion.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/2007 dans Bifrost 46
Mise en ligne le : 5/9/2008


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies