Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Auprès de moi toujours

Kazuo ISHIGURO

Titre original : Never let me go

Traduction de Anne RABINOVITCH

Les DEUX TERRES
Dépôt légal : mars 2006
catégorie / prix : 22 €
ISBN : 2-84893-019-5   



    Quatrième de couverture    
« Ishiguro est un maître d'une classe à part. »
The Independent

     Jadis, Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham : une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s'autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Une histoire d'une extraordinaire puissance, au fil de laquelle Kath, Ruth et Tommy prennent peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n'a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d'adultes.

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Never let me go , 2010, Mark ROMANEK
 
    Critiques    
     Subtil, élégant, décalé, mais bel et bien révoltant, Auprès de moi toujours fait partie de ces livres qui hantent longtemps le lecteur. Avec une plume faussement simple et douloureusement précise, Kazuo Ishiguro reste toujours sur le fil du rasoir et n'en révèle jamais trop. Un technique redoutable d'efficacité qui laisse planer le doute, la frustration et, au final, l'envie d'une explication franche et définitive qui, on s'en doute, ne viendra jamais. A ce titre, Ishiguro évolue à la manière de Yoko Ogawa dans ce qu'elle a de plus curieux, de plus tendancieux et de plus déroutant.

     Nous sommes en Angleterre à la fin des années 90. Lesquelles ? Rien ne filtre. La Grande Bretagne ressemble furieusement à ce qu'on en connaît aujourd'hui. Elle est peut-être un peu plus bucolique, plus calme, plus reposée, mais elle est surtout vue par le personnage principal, narratrice officielle dont le tempérament est tout sauf sanguin. Une narratrice qui travaille comme accompagnatrice de donneurs d'organes, à mi chemin entre l'infirmière et la psychologue. Chargée de s'occuper d'une ancienne camarade d'école dans son troisième don, c'est l'occasion pour elle de renouer avec le passé et de dérouler le fil du récit sur le mode du flash-back. Par petites touches impressionnistes, qui sont parfois des miracles de douceur, Ishiguro compose un tableau d'abord abstrait, mais de plus en plus figuratif à mesure que l'histoire se déroule d'elle-même. Trois personnages centraux évoluent dans ce sac à souvenirs rigoureusement organisé, trois enfants puis trois adolescents qu'on suit dans leur éducation à Hailsham, établissement réputé pour son excellence. Pas de parents, pas de famille, juste des gardiens pour s'occuper des pensionnaires et la visite régulière de deux mystérieuses femmes toujours effrayées. Qui sont ces enfants ? Pourquoi sont-ils élevés de cette manière ? Les cours s'alternent entre histoire, géographie, arts plastiques, la vie est douce, les gardiens sympathiques, mais des fêlures apparaissent parfois, fêlures vues par les yeux d'enfants naïfs et parfaitement conscients du sort qu'on leur réserve. Clones d'humains « normaux », ils servent de banque d'organes aux autres. Point. L'humanité n'est pas pour eux. Auprès de moi toujours raconte leur vie toute tracée jusqu'à sa fin programmée. Assez étonnamment, le roman ne pose aucune question d'ordre éthique sur le bien-fondé d'une telle entreprise. Aucune explication n'est donnée. On sait qu'il y a eu une guerre et de nombreuses victimes. Quelle autorité décide du sort des clones ? Pourquoi, comment ? Autant de questions vides de sens puisque là n'est pas le propos. Ishiguro s'intéresse à ses trois personnages dans leur préparation d'une vie d'adulte certes courte, mais nécessaire. Tout passe par eux, tout y reste et rien n'en sort. Et le plus révoltant, au final, c'est le calme passif, l'acceptation presque enthousiaste de ce qui les attend. Dans une société qu'on imagine oppressive et brutale, un romancier standard aurait jeté les bases d'une révolte, d'une guerre de libération pour qu'enfin les clones se débarrassent du joug d'affreux oligarques. Rien de tel dans Auprès de moi toujours. La chose est normale, acceptée, jamais remise en question, presque miséricordieuse.

     Remarquable de retenue, incroyablement bien raconté, le roman ne tombe jamais dans le pathos et se limite à une narration apparemment froide qui cache des trésors d'empathie. On est bien loin du récit d'anticipation dystopique, mais peut-être bien plus proche du réalisme que beaucoup d'autres textes classiques. De fait, Auprès de moi toujours dérange et inquiète, réussissant la prouesse de poser les vraies questions sans jamais les formuler. Un vrai tour de force pour un texte qui distille lentement son poison, un poison douloureux, envahissant, et très prochainement banal.

Patrick IMBERT
Première parution : 1/10/2006 dans Bifrost 44
Mise en ligne le : 13/3/2008


     « Je m'appelle Kathy H. J'ai trente et un ans, et je suis accompagnante depuis maintenant plus de onze ans. » Voici la première phrase de ce roman, à la fois personnelle et froide, donnant le ton à toute l'histoire de Kathy. Il faudra bien des pages au lecteur avant de savoir ce que signifie être « accompagnante », avant de comprendre qui elle est. Si vous-même souhaitez préserver le mystère de son identité qui est un des plaisirs de ce livre, arrêtez là votre lecture de cette chronique, vous m'en voudriez.

     Sur un ton monotone et pénétrant, Kathy raconte son enfance dans une propriété à l'écart du monde, quelque part en Angleterre. Elle joue, elle apprend, elle se lie avec d'autres enfants : tout à l'air banal. Pourtant, il est rapidement clair que leur quotidien n'est pas celui de tous les enfants, entourés qu'ils sont d'enseignants-gardiens. Enfermés dans leur école modèle, ils doivent subir des visites médicales hebdomadaires et se préparer aux dons. Aux dons d'organes puisque tous ces enfants sont des clones, placés dans cet établissement pour les protéger des traitements barbares que la société réserve d'habitude à leurs semblables.

     Ce n'est que très lentement que Ishiguro prépare le lecteur à cette révélation. Il entretient le mystère, laissant planer un léger malaise. La fatalité qui guide les faits et gestes de ces enfants, puis adolescents, a quelque chose de scandaleux quand on apprend qui ils sont. Résignés, ils ne cherchent jamais à échapper à leur sort révoltant alors qu'ils sont avant tout humains comme nous le prouve le récit de Kathy. Ils sont comme des objets, incapables d'amour, dépourvus d'âme. Que cherchent-ils alors dans le sexe et dans l'art ? De l'amour et une âme. Mais ils n'ont pas appris l'espoir, ne se sont créé aucun Dieu, aussi suivent-ils le destin tracé, sans broncher.

     L'imperméabilité des sentiments et des émotions des différents protagonistes peint ce scénario tragique en scènes de mœurs nostalgiques. Et le lecteur de ressentir un malaise croissant : eh bien oui, ils vont mourir, on va leur enlever leurs organes un à un, c'est comme ça. Cet Ishiguro est un artiste, capable d'amener son lecteur au même état d'esprit que ses personnages : résignation, vague tendresse et nostalgie. Serions-nous nous aussi capables d'accepter le sort de ces êtres humains, même choyés dans leur enfance ? Seraient-ils intrinsèquement différents ? Toute transcendance leur serait-elle interdite ? Autant de questions qui doivent rester sans réponse pour que le malaise, de dérangeant, devienne insupportable. Ishiguro laisse son lecteur sur des questions qui le tarauderont longtemps, aussi lancinantes qu'une chanson triste qui murmure : « Oh, bébé, mon bébé, auprès de moi toujours... ».

Sandrine BRUGOT MAILLARD
Première parution : 1/6/2006 dans Galaxies 40
Mise en ligne le : 16/2/2009


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies