Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Antilégende

Fabien CLAVEL



Illustration de Gil FORMOSA

MNÉMOS , coll. Icares n° (71)
Dépôt légal : mai 2005
384 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 2-915159-42-4   



    Quatrième de couverture    
     Don Juan est accusé de meurtre ! Une à une, les femmes qu'il a séduites sont retrouvées mortes, le cœur arraché, et une étrange escouade de spadassins noirs est lancée à ses trousses. Le séducteur légendaire clame son innocence... Mais que s'est-il passé entre le moment où la statue du Commandeur l'a entraîné aux enfers et sa réapparition à Séville ? Il n'en conserve pas le moindre souvenir. Pire encore, il ne parvient même pas à se remémorer l'identité de ses conquêtes passées... Accompagné de son valet et de la blonde et sulfureuse Manon Lescaut, il part à la recherche de la clé du mystère à travers une Europe étrangement transformée. Mais un inquiétant personnage au masque de fer semble l'avoir devancé...

     « Elle vous a tendu la main, vous l'avez prise, et elle vous a entraîné en enfer ! »

     Avec L'Antilégende, Fabien Clavel s'inscrit dons la tradition des romans de cape et d'épée, et met en scène un grand mythe littéraire : Don Juan revenu des enfers. Au travers d'une série d'aventures épiques dans un monde aux règles surprenantes, la route de ce dernier croisera entre autres celle des quatre Mousquetaires, de Cyrano de Bergerac et de Lemuel Gulliver...
 
    Critiques    
     Dom Juan est accusé d'avoir tué les femmes qu'il a autrefois séduites... Accompagné de son valet Sganarelle et de la belle Manon Lescaut, il va alors se lancer à travers le monde entier — en passant par la Lune, l'île volante de Laputa et le ventre d'une baleine — à la poursuite du vrai coupable — un mystérieux personnage portant un masque de fer... Ils rencontreront en chemin de nombreux personnages, tels que — en vrac — les quatre mousquetaires, Valmont et Merteuil, Mozart, Cyrano, Don Quichotte, Münchhausen, Molière, Gulliver, Descartes ou encore Pinocchio — des personnages que Fabien Clavel situe entre 1605 et 1797, sans autre motivation que son privilège d'auteur à écrire ce qu'il souhaite, même si l'on croise aussi Lucien de Samosate...
     Mais quelques faits troublants intriguent les personnages. Leur mémoire est vacillante, et Sganarelle se souvient confusément que Dom Juan a été entraîné vers les Enfers par la statue du Commandeur. De plus, il n'arrive plus à lire aucun écrit, des spadassins aux traits étranges se lancent à leurs trousses, et la plupart des personnages tués ressuscitent bientôt.

     Ces bizarreries traduisent le fait que tous ces personnages — romanesques ou historiques mais à leur tour sujets de romans — sont dans un monde nommé l'Index, là où échouent les protagonistes des livres une fois leurs aventures officielles terminées. De manière astucieuse, cette réalité est pressentie par Descartes qui utilise son Cogito ergo sum pour en déduire l'existence d'une volonté supérieure qu'il nomme... l'Auteur !

     Voilà qui donne une fantaisie sympathique, dotée de multiples péripéties... Malheureusement, le scénario manque d'épaisseur et les événements s'enchaînent de façon bien mécanique. On assiste surtout à une énumération de personnages célèbres qui, trop systématique, finit par agacer : la plupart de ces célébrités ne font que passer sans pratiquement rien apporter à l'intrigue, ce qui est bien dommage.
     On peut ainsi reprocher un manque d'ambition pour cet univers qui aurait dû dépasser le simple roman de cape et d'épées. Alors que son sujet était propice à une réflexion sur la nature profonde de certains héros littéraires récurrents comme de Dom Juan ou encore à une confrontation entre l'imaginaire des différents auteurs ayant animé un même personnage, Clavel se contente de mettre en scène les figures les plus habituelles de ces héros, sans les approfondir ni leur donner une nouvelle consistance. L'auteur joue à pasticher par endroit Molière, Sade ou Cyrano, mais il donne surtout envie de relire l'ensemble de ces classiques, plus qu'à attendre le prochain roman de Fabien Clavel.
     Bref, le récit est une aventure légère, distrayante, parfois amusante, mais assez inconsistante et vite oubliable : le jeu intertextuel aurait gagné à être plus qu'un simple divertissement.


Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/9/2005 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies