Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Aile d'airain

TRAN NHUT




Philippe PICQUIER
Dépôt légal : juin 2003
320 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 2-87730-671-2   

Sous-titré "une enquête du mandarin Tân" (il s'agit de la 4ème), ce livre est signé de la seule Than-Van Tran-Nhut. Les deux premiers tomes sont écrits à quatre mains avec sa soeur Kim, et le troisième par Than-Van seule, le scénario étant écrit par les deux.



    Quatrième de couverture    
     Sur cette terre du sud du Viêtnam où génies et fantômes se côtoient, des défunts réclament vengeance tandis que, dans la moiteur de la jungle, une démone à la beauté dévastatrice guette les hommes pour leur faire subir des outrages que la morale réprouve. De retour dans son village natal, le mandarin Tân est lui aussi confronté à ses propres démons : une mort particulièrement atroce le lance sur les traces de l'homme insaisissable qu'il traque depuis son enfance — son père. Un passé entaché de crimes et de trahisons resurgit, tandis que se dévoile une vérité au goût de cendres.
     Dans le Viêtnam du XVIIe siècle fragilisé par des dissensions internes, le mandarin Tân, assisté par le fringant lettré Dinh, s'attaque à une enquête dont le dénouement marquera non seulement son existence, mais aussi l'avenir du pays.

     C'est en souvenir de leur aïeul mandarin que Kim et Thanh-Van Tran-Nhut ont créé le personnage du mandarin Tân, magistrat brillant qui servira jusqu'au bout la justice dans un empire sur le point de se déliter. Thanh-Van signe ici la quatrième aventure du jeune mandarin qui a déjà œuvré avec succès dans Le Temple de la Grue Ecarlate, L'Ombre du prince et La Poudre noire de Maître Hou.
 
    Critiques    
     « Sur cette terre du sud du Viêt-nam où génies et fantômes se côtoient, des défunts réclament vengeance tandis que, dans la moiteur de la jungle, une démone à la beauté dévastatrice guette les hommes pour leur faire subir des outrages que la morale réprouve. De retour dans son village natal, le mandarin Tân est lui aussi confronté à ses propres démons : une mort particulièrement atroce le lance sur les traces de l'homme insaisissable qu'il traque depuis son enfance — son père. »

     Ce n'est pas par paresse que je cite infra les premières lignes du quatrième de couverture (celles-ci donnent un aperçu fidèle d'une intrigue qu'il serait dommage de déflorer davantage), mais bien pour montrer aux lecteurs que L'Aile d'airan est un roman de fantasy extrême-orientale publié hors des sentiers battus, chez un éditeur — l'excellent Philippe Picquier — peu habitué à nous abreuver d'histoires remplies de fantômes, démons, succubes et génie de la forêt.

     Après Le Temple de la grue écarlate, L'Ombre du prince et La Poudre Noire de maître Hou, L'Aile d'airan est la quatrième enquête du mandarin Tân (guerrier et intellectuel qui ressemble fort au personnage de Chow Yun Fat dans Tigre et Dragon, l'épée Destinée en moins). Tân est ici accompagné par son ami Dinh (un lettré homosexuel très porté sur son petit confort, amateur de colifichets et de ragots de toutes sortes, en particulier ceux causant d'adultère — la « folle » dans toute sa splendeur). Une telle association ne peut que faire songer aux personnages principaux de la formidable trilogie de Barry Hughart (La Magnificence des oiseaux, La Légende de la Pierre, Huit honorables magiciens — Denoël « Lunes d'encre ») et il est vrai que la comparaison s'impose sans forcer : même ton humoristique et grivois, mêmes histoires abracadabrantes de démons et de fantômes, de pharmacopée chinoise hallucinante, d'agapes divines et de spécialités sexuelles raffinées. Seule grosse différence : les enquêtes de Bœuf Numéro Dix et de Maître Li (Hughart) se déroulent dans la Chine du VIe siècle, alors que celles de Tân ont pour cadre l'empire vietnamien du XVIIe. Mais mettons un terme à cette comparaison car, et il me coûte de l'admettre, L'Aile d'airain surpasse d'une franche coudée le meilleur des trois Hughart (Huit Honorables magiciens, à mon humble avis). Quasiment chaque scène du livre de Tran-Nhut — en fait deux sœurs fort discrètes, Kim et Thanh-Van, scientifiques de formation — est un bijou ciselé d'humanité et d'humour ; l'histoire, passionnante, est pleine de mystères qui s'éclaircissent progressivement. Et surtout, il y a les personnages : Tân (juste mais capable d'une extrême violence), Hirondelle (la femme), Dinh (dont chaque apparition est un morceau de bravoure), Monsieur Thiên (et ses problèmes de virilité), Rosée Céleste et ses recettes de viagra médiéval, etc.

     Si on me demande quel est le meilleur livre de fantasy publié en 2003, je réponds sans hésiter Rihla de Juan Miguel Aguilera (critique dans le Bifrost n° 32). Mais si on me permet d'ajouter un outsider, je brandis avec plaisir et en faisant le maximum de bruit cette quatrième aventure du Mandarin Tân (ses deux premières enquêtes sont disponibles en poche — Picquier Poche 164 et 203 — , il serait dommage de s'en priver). Et puis, comme dans tout bon DVD, il y a le bonus caché : une fois ce livre refermé, vous aurez appris ce qu'est la Tige de Jade, les Boules d'Or et la Ravine de Cinabre, et peut-être aurez-vous envie d'essayer avec votre conjoint(e) Singes à l'équinoxe de printemps et Ver et Hanneton dans le Même Trou... Tout un programme.
Confucius Vicious, le seul, l'unique

CID VICIOUS
Première parution : 1/1/2004 dans Bifrost 33
Mise en ligne le : 1/3/2005


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies