Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Année de notre guerre

Steph SWAINSTON

Titre original : The Year of our War, 2004

Traduction de Mélanie FAZI
Illustration de Alberto VARANDA

BRAGELONNE (Paris, France) n° (108)
Dépôt légal : avril 2005
360 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 2-915549-18-4   
Genre : Fantasy 



    Quatrième de couverture    
     Jant est le Messager. Il fait partie du Cercle, une assemblée de cinquante immortels au service de l'empereur. Or, de ces immortels, et de tous les hommes vivants, il est le seul capable de voler.
     Il vole au-dessus d'une guerre interminable. L'empereur à la tête du Cercle a offert son aide aux humains contre les hordes d'Insectes géants qui dévastent le pays depuis des siècles, engloutissant les villes sous leurs nids colossaux, dévorant tout, êtres et choses, sur leur passage.
     Pourtant, rivalités et querelles opposent également les immortels. En tant que Messager, Jant est naturellement placé au cœur des heurts qui opposent ses pairs, des êtres exceptionnels aux souvenirs séculaires. Ironique et amer, il est aussi dépendant d'une drogue qui lui ouvre une porte vers un monde parallèle, où se trouve peut-être la clé de la victoire et de la paix...
     Mais Jant, l'enfant prodige, l'ange en perdition, le sait pertinemment : nos pires ennemis sont nos propres démons.

     Steph Swainston a 29 ans et est originaire de Bradford (G.-B.). Après des études d'archéologie à Cambridge, elle a mené cette activité pendant trois ans, avant de se consacrer à la recherche dans des domaines aussi divers que la phytothérapie et la défense. L'Année de notre guerre, son premier roman, est un récit foisonnant, à la fois épique et intimiste, fort de grandes figures héroïques et d'un style alliant la splendeur baroque et l'efficacité acérée du roman noir. Une œuvre saluée comme l'une des plus importantes et novatrices de ces dernières années.
 
    Critiques    
     L'immortel Jant est le messager de l'empereur San. Profitant de sa capacité à voler (unique), il relie sa majesté aux cinquante immortels du Cercle, distribuant les courriers qu'il a décachetés et lus au préalable. Depuis 2000 ans, le Cercle — et donc l'Empire — est en guerre contre les insectes qui envahissent le nord du pays, des créatures peut-être en provenance de mondes parallèles. Au sein de cette tourmente fort ancienne — à laquelle s'ajoutent des luttes intestines et des défis du genre « tu vas voir que c'est moi qui ai la plus grosse » — Jant devra survivre, découvrir les origines de la menace insectoïde, tout en dominant son accoutumance au Cat (une drogue ressemblant à l'héroïne et qui a la capacité de le projeter dans l'antichambre du monde des morts, le Passage).

     Arrivé deuxième au vote des lecteurs de Locus catégorie meilleur premier roman (largement battu par Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke, récent lauréat du prix Hugo 2005), L'Année de notre guerre de Steph Swainston (vingt-neuf ans) est un roman déconcertant (sa suite, No Present like time, est d'ores et déjà disponible en Angleterre). Déconcertant ? Pour le moins... Les deux cents premières pages (sur 360) tiennent de l'exposition pure (il ne se passe rien ou pas grand-chose, l'autrice se contentant de présenter son monde et ses personnages), puis, page 209, étonnamment, la mayonnaise prend, s'affermit : le roman, jusque-là poussif, maladroit et franchement amateur dans sa conception et sa rédaction, démarre pour de bon. Et quel démarrage ! Meurtres, batailles, défis, envolées, injures, intrigues — ça dégage et pas pour rire. Le machin ennuyeux et mal écrit devient palpitant, avec un souffle rappelant celui des quatre premiers « Hawkmoon » de Michael Moorcock. Il y a du Elric dans l'air, mais du Elric avec des ailes dans le dos.

     On l'aura compris, cette fantasy, qui tient tout autant de Starship Troopers (le film) que de « La Compagnie Noire », impressionne malgré nombre de défauts (le texte est perclus d'anachronismes et de mots non traduits — jeans, call-girls, junky et j'en passe), ne démarre pas vite (on l'a déjà dit), a été traduit sans grande pertinence (et avec la plus grande difficulté) avant d'être probablement relu par un stagiaire bulgare ou polonais ayant appris la langue française en regardant Buffy. Et puis, pour changer, rappelons l'indigence de la mise en page Bragelonne (lignes interminables, caractères trop petits), une maquette intérieure vomitive à vous percer l'estomac jusqu'à la rate. Rien qui facilite la lecture d'un livre ardu.

     Néanmoins, malgré tous ces handicapes et défauts, ce premier roman se distingue SURTOUT par ses qualités et ses trouvailles — citons le Passage (ce monde parallèle où vivent certains morts et où atterrissent les camés en plein trip), le personnage de Jant (anti-héros attachant, aussi complexe qu'Elric, si ce n'est plus), les descriptions des villes-papier et des ponts des insectes. Décidément, à défaut d'avoir du métier, Steph Swainston a du talent à revendre.

     Je ne sais pas vous, mais moi, maintenant que j'ai lu le premier tome (et littéralement survécu à ses 209 premières pages), je vais m'empresser de sauter sur la suite dès parution.

CID VICIOUS
Première parution : 1/10/2005 dans Bifrost 40
Mise en ligne le : 19/11/2006


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies