Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Au prix du papyrus

Isaac ASIMOV

Titre original : The Winds of Change and Other Stories, 1983

Traduction de Monique LEBAILLY
Illustration de Georges RAIMONDO

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 395
Dépôt légal : février 1985
224 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-207-30395-0
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
Dans le prolongement des dix recueils de nouvelles
publiés par ordre chronologique
dans Présence du Futur, neuf textes récents
puisqu'ils s'échelonnent de 1976 à 1982,
à l'exception de deux qui datent des années 50
mais qui n'avaient jamais été repris en volume
et d'un totalement inédit.
Chacun étant précédé comme d'habitude
d'une préface autobiographico-humoristique du Maître.
On y apprendra que si Moïse a dû comprimer
le récit de la création du monde
de quinze milliards d'années à six jours,
c'est à cause du prix du papyrus.
Que la mémoire totale est difficile à manipuler.
Que l'immortalité est un cadeau à double tranchant.
Que léviter n'est pas donné à tout le monde
mais passe généralement inaperçu.
Que les idées ont la vie dure,
entre autres celle qui nous fait croire
à l'existence d'une lune ronde dans le ciel.
Bref, un Asimov en grande forme,
d'une folie aussi méticuleuse que de coutume.

L'auteur
Né en 1920 dans la région de Smolensk
d'où sa famille a émigré vers les Etats-Unis,
Isaac Asimov a été biochimiste avant de devenir
l'un des deux plus célèbres
écrivains de S.-F. du monde (avec Bradbury).

    Sommaire    
1 - Introduction (Introduction), pages 7 à 7, Introduction, trad. Monique LEBAILLY
2 - Au prix du papyrus (How It Happened), pages 9 à 12, trad. Monique LEBAILLY
3 - Bon goût (Good Taste), pages 13 à 40, trad. Monique LEBAILLY
4 - Certitude (Sure Thing), pages 41 à 44, trad. Monique LEBAILLY
5 - Crédible (Belief), pages 45 à 90, trad. Monique LEBAILLY
6 - De peur de se souvenir (Lest We Remember), pages 91 à 131, trad. Monique LEBAILLY
7 - La Dernière navette (The Last Shuttle), pages 133 à 139, trad. Monique LEBAILLY
8 - La Dernière réponse (The Last Answer), pages 141 à 152, trad. Monique LEBAILLY
9 - D'un coup d'oeil (To Tell at a Glance), pages 153 à 184, trad. Monique LEBAILLY
10 - Les Idées ont la vie dure (Ideas Die Hard), pages 185 à 211, trad. Monique LEBAILLY
 
    Critiques    
 
     Tiraillé entre sa profession de biochimiste et celle d'écrivain de SF, Isaac Asimov n'en continue pas moins à produire régulièrement des recueils de nouvelles d'égale qualité. En dehors de quelques romans importants qui ont contribué à sa célébrité, son terrain de prédilection reste la nouvelle. Il en a écrit plusieurs centaines et n'est pas près de s'arrêter : ce recueil en témoigne. Les neuf récits qui le composent sont des textes récents qui s'échelonnent de 1976 à 1982 à l'exception de deux récits qui datent des années 50 mais qui n'avaient jamais fait l'objet d'une publication en volume.
     Tous les thèmes familiers d'Asimov se retrouvent dans ces pages qu'on a plaisir à lire. L'humour est omniprésent ; aucun des neuf récits n'y échappe. Que ce soit « Au prix du papyrus », « Certitude », « Les idées ont la vie dure », ou encore ce texte succulent à déguster avec ses papilles gustatives et qui s'intitule « Bon goût ». Le ton de ces récits rappelle parfois celui des univers sheckleyiens. Mais Asimov sait aussi faire preuve d'une réflexion philosophique. Dans « La dernière réponse », se dégagent des préoccupations métaphysiques puisque le texte pose le problème de l'immortalité, de la vie éternelle. L'éternité conçue dans l'optique anthropocentrique ne débouche-t-elle pas en fin de compte sur l'enfer ? Dans « Crédible », Asimov s'en prend au rationalisme, à la méthode scientifique. Quoi de plus normal de la part du Docteur Isaac Asimov ? « De peur de se souvenir » est une mise en garde contre les dangers d'une mémoire trop infaillible et du risque de déshumanisation qui peut en découler. Enfin, autre facette du talent d'Asimov : l'intrigue policière qu'illustre « D'un coup d'œil ».
     Malgré ses 65 ans, Isaac Asimov n'a rien perdu de ses qualités littéraires et narratives. Ces neuf récits démontrent qu'Isaac Asimov reste encore une grande valeur de la science-fiction d'outre-Atlantique, contrairement à d'autres de son âge qui n'en finissent plus de sombrer dans la sénilité littéraire. Souhaitons seulement que les éditions Denoël nous redonnent d'autres recueils dans la même veine. Pour notre plus grand plaisir.

Frédéric KURZAWA
Première parution : 1/4/1985 dans Fiction 361
Mise en ligne le : 28/11/2008

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition GALLIMARD, Folio SF (2005)


     Textes de commande, textes ultracourts, textes oublié pendant des années ou écrit en 1957, rendu obsolète dès 1968 par le premier vol circumlunaire... Cela ressemble à des fonds de tiroir. C'en est. Mais on en redemanderait. Parce que c'est Asimov : logique imperturbable, mauvaise foi et décalages souriants.

     L'ultra-court peut ne faire qu'amener un calembour si nul que Dunyach, Brèque ou votre serviteur rougiraient (de ne pas l'avoir commis — même s'il faudrait le garder pour la fin). Il peut aussi ravager l'histoire et les religions en montrant la révélation reçue par Moïse, tout à fait scientifique mais devenue la Genèse pour d'incontournables raisons. Les textes de commande peuvent valoir pour leur chute justifiant un titre imposé — de quoi réjouir Andrevon, chantre d'une Terre débarrassée des humains. Ils peuvent aussi recycler des enquêtes des Histoires mystérieuses en les liant au tri/bicentenaire des États-Unis. La commande peut aussi avoir laissé toute liberté à l'auteur, avec des pirouettes sur une résurrection très sélective et le caractère insupportable de l'éternité, ou avec un projet ensablé à Hollywood, à base de drogue conférant la mémoire absolue et de conséquences sur le cobaye humain, les structures de son entreprise, son couple, ses collègues limogeables, etc. Ajoutons pour le principe, sinon pour la bonne bouche, des sociétés développées dans des stations orbitales et envisagées sous le seul angle des tabous gastronomiques. Restent les textes un temps placardisés, le vol circumlunaire susmentionné, document de son époque mais après coup plus ou moins intégrable à des productions récentes où l'univers est tel que le croyaient les Anciens. Plus, sur fond de bonne connaissance des petitesses universitaires, les difficultés d'un physicien s'évertuant à faire admettre à ses collègues et à quelques bureaucrates son inexplicable capacité de lévitation...

     On l'a compris, on s'amuse. Et la légèreté ne saurait être un défaut, contrairement à la lourdeur (même celle du critique) : passer de bons moments n'est pas un objectif négligeable !

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/3/2005
dans Galaxies 36
Mise en ligne le : 16/1/2009


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies