Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Amour, impair et manque

Theodore STURGEON

Textes réunis par Marianne LECONTE



Illustration de KELECK

Jean-Claude LATTÈS (Paris, France), coll. Titres/SF n° 36
Dépôt légal : 1er trimestre 1981
320 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Imaginaire 



    Quatrième de couverture    
     Un homme laid, cruel, indifférent, obligé par un étrange don d'empathie de satisfaire les désirs profonds de ses concitoyens... Un passeur gros et tendre mais inadapté, qui joue le rôle ingrat de Charon, nocher des enfers, dans un relais spatial... Une pension de famille dont les échantillons humains servent de cobayes à des extra-terrestres...
     Un homme, une femme ; ils ne se connaissent pas mais prennent un bain de minuit ensemble...
     Un comédien célèbre qui a dédié sa vie à sauver des enfants atteints par un virus inconnu mais qui n'admet aucune concurrence en ce domaine...
     Amour, Impair et Manque, en quatre longs récits et une nouvelle, les thèmes fondamentaux de Sturgeon.

     Théodore Sturgeon est né en 1918 à New York. C'est l'un des plus grands écrivains révélés pendant cette fameuse époque surnommée l'Age d'Or de la Science-fiction. Plus novelliste que romancier, Théodore Sturgeon a écrit trois grands romans qui comptent parmi les chefs-d'oeuvre de la science-fiction, Cristal qui songe, Les Plus qu'hurnains et Vénus plus X.

    Sommaire    
1 - Amour, impair et manque (Need), pages 7 à 71, trad. Bernard FERRY
2 - Les Enfants du comédien (The comedian's children), pages 73 à 128, trad. P. J. IZABELLE
3 - Un rien d'étrange (A touch of strange), pages 129 à 147, trad. Bruno MARTIN
4 - Synapse seize sur Bêta (The [Widget], the [Wadget] and Boff), pages 149 à 249, trad. P. J. IZABELLE
5 - Les Étoiles sont vraiment le Styx (The stars are the Styx), pages 251 à 306, trad. Marc-Olivier VERMEILLE
 
    Critiques    
 
     Théodore Sturgeon est si gentil et compatissant qu'on se surprend à espérer au fil des pages un soupçon de violence, à chercher parmi ses personnages si remplis d'émotions et de sentiment quelque méchanceté ou bassesse non motivée. Heureusement, Sturgeon est aussi rempli d'émotions et de sentiments, et il possède un don d'empathie qui frise la télépathie. Sinon, comment pourrait-il à ce point mettre à jour les sentiments et motivations enfouis en ces êtres humains qui ne diffèrent apparemment en rien de l'ordinaire ? C'est vrai que très souvent ses « héros » sont lui-même, à peine déguisé, et que leurs interminables discussions sur leurs relations, leurs aveux timides, leurs confidences bougonnes ont dû être tenus par Sturgeon lui-même, au cours de ses relations orageuses et difficiles avec son entourage.
     Ainsi dans Amour, impair et manque, la nouvelle qui ouvre ce recueil 1 Sturgeon est à la fois Gorwing, ce personnage antipathique mais tellement empathique qu'il est obligé de satisfaire les besoins profonds des gens : Gros-Billet, le gros commerçant aimable et arrangeant, et Jody Smith qui finit par se rendre compte à quel point il a besoin de sa femme.
     Dans Les enfants du comédien, on a le seul exemple d'un personnage foncièrement méchant : le comédien Heri Gonza, qui hait tellement ces enfants si purs et mignons qu'il s'en sert d'une manière assez horrible pour satisfaire et perdurer sa gloire — mais Sturgeon est encore le savant Horowitz, qui cherche le remède à la maladie malgré sa persécution, sans moyens et envers et contre tous, par amour encore pour les gosses.
     Un rien d'étrange est quasiment un conte de fées : comment un couple se rencontre et en vient à s'aimer parce que chacun a rencontré une sirène...
     Synapse seize sur bêta est l'histoire d'un microcosme : une pension de famille dont les gérants sont encore tellement empathiques qu'ils parviennent à résoudre les problèmes et blocages de chacun. Bien sûr, ils ne sont pas humains, pour les besoins de l'intrigue — mais tellement humanistes !
     Les étoiles sont vraiment le Styx, la plus belle nouvelle du recueil, est encore une histoire d'amour : « Charon », le Passeur qui guide les volontaires vers Dehors, le grand espace d'où l'on ne revient pas, arrive grâce à sa perspicacité et à son sempiternel don d'empathie à démêler quel est le véritable couple qui partira — et à le réunir, pour le meilleur et pour le pire (à chances égales). C'est également la nouvelle la plus SF du recueil — notamment avec la très belle vision de l'expansion sphérique de l'humanité assagie vers les étoiles.
     Si Sturgeon n'avait pas ce talent de conteur fabuleux ni cette profondeur d'analyse, on sombrerait dans la SF à l'eau de rose. A lire néanmoins pour se réchauffer le cœur et apprendre à aimer son ami(e).

Notes :

1. Et apparemment la seule inédite, les autres ayant paru dans Fiction et Galaxie.


Jean-Marc LIGNY (lui écrire)
Première parution : 1/6/1981 dans Fiction 319
Mise en ligne le : 26/6/2007


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies