Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Autremonde

Tad WILLIAMS

Titre original : Otherland - City of Golden Shadow, 1996

Cycle : Autremonde vol.

Traduction de Eric HOLWECK
Illustration de Jeff REY

PAYOT , coll. SF n° (7)
Dépôt légal : mars 2000
528 pages, catégorie / prix : 25,15 €
ISBN : 2-228-89307-2   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Une conspiration globale effroyable, fomentée par les hommes les plus puissants de la planète.
     Son enjeu : Autremonde, la dimension où tous les rêves se réalisent, un paradis virtuel né des efforts des plus brillants cerveaux de deux générations, un espace gouverné par le secret dans lequel des sommes fabuleuses ont été englouties.
     Un univers hors du temps qui peu à peu vole au monde réel son bien le plus précieux....
     Autremonde : le début d'un cycle inoubliable où la réalité peut basculer à chaque instant.
 
    Critiques    
     Tad Williams l’a compris : avec la réalité virtuelle, tout est possible. Nous pouvons basculer des tranchées de 14-18 dans un monde médiéval puis flirter avec des divinités égyptiennes, sans que la cohérence du récit en soit affectée.

     L’unité du roman vient de l’intrigue principale. Renie, une jeune informaticienne d’origine sud-africaine, va chercher à comprendre la mystérieuse épidémie qui a frappé plusieurs enfants, dont son frère. La solution se trouve sans doute au cœur de la réalité virtuelle, où certains ont aperçu une fabuleuse cité d’or qui paraît un peu trop réelle…
     Sur cette trame de thriller, Williams construit une sorte de quête, qui d’ordinaire correspond plus à la fantasy qu’à la SF. Il nous présente plusieurs personnages qui évoluent de façon parallèle : Paul croit mourir pendant la Grande Guerre pour se retrouver à l’intérieur d’un fabuleux château volant, Orlando est un enfant devenu virtuellement un invincible barbare à la Conan, etc. Ils vont tous se frotter à la Confrérie du Graal, ainsi qu’à diverses créatures fantastiques.
     Le virtuel remplace ici la magie et autorise de même toutes les fantaisies. Rien ne peut freiner l’imagination de l’auteur, qui heureusement a l’habileté nécessaire pour éviter la confusion qui pourrait menacer ce genre d’intrigue.

     La thématique abordée ne présente pas d’originalité majeure. D’autres auteurs avant Williams ont largement exploité les possibilités des mondes virtuels. Il ne cherche d’ailleurs pas à rivaliser avec un Egan ou avec un Gibson : il n’y a aucune explication technologique et il ne s’agit pas non plus d’un univers cyberpunk. Non, Williams se contente de nous conter efficacement une histoire solide, aux nombreuses péripéties, se déroulant dans une infinité de décors.

     L’une des originalités est la présence d’un bushman, nommé !Xabbu, qui joue le rôle du candide. Ce personnage découvre le monde virtuel en notre compagnie, et il s’y adapte parfaitement car il est déjà habitué à vivre avec une conception « magique » du monde. En outre, il entrevoit la possibilité de sauvegarder le mode de vie des bushmen à travers le réseau. Ce personnage intéressant est traité avec une grande pudeur par l’auteur qui évite d'en faire une image caricaturale.

     Bien qu'alternant sans cesse la réalité et les divers mondes virtuels, le récit adopte paradoxalement un rythme assez lent, car Williams détaille ses personnages et les univers mis en place. Mais nous n’avons pas pour autant l’impression que l’auteur dilue l’action, et l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez. Malgré une intrigue finalement assez mince, Williams nous captive, ce qui témoigne de son immense talent de conteur.

     A noter que ce tome de plus de 500 pages n’est que le premier d’une série prévue en huit volumes (correspondant aux quatre volumes américains). Il s’adresse donc aux lecteurs qui apprécient les vastes sagas et les univers étoffés. Ceux-ci seront comblés par cet ouvrage parfaitement maîtrisé, qui pourra réconcilier les amateurs de fantasy et de SF pure.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/5/2000 nooSFere


     Tad Williams est connu en France pour son cycle L'arcane des Epées, grande saga d'heroïc-fantasy qui, sans être originale, se distinguait par des personnages bien construits psychologiquement et évitait avec bonheur les stéréotypes habituels (guerriers, voleurs, héroïnes pulpeuses...). Autremonde est par contre à ranger dans la SF pure, dans le cyberpunk. J'insiste un peu sur les étiquettes car ce roman démontre combien certaines astuces, certains archétypes de récit valables dans un genre ne le sont pas dans un autre. L'auteur a écrit ce premier roman du cycle Autremonde comme il a écrit sa B.C.F (1) L'arcane des Epées, en appliquant les mêmes recettes : longue description du monde, nombreux personnages sans rapport évident entre eux, grande importance accordée aux petites choses de la vie quotidienne, le tout dans un style simple, sans complication. Il en résulte une ambiance complètement décalée par rapport à l'intrigue, alors que le cyberpunk avec ses plongées dans le réseau virtuel met en jeu la vitesse, la densité de l'information, la rupture avec le monde réel. Jamais le style et la structure du roman ne nous permettent de ressentir cela. Il y a un décalage total entre le fond et la forme. Frustrant.

     De plus, ce roman est cousu de fils blancs tellement gros que l'on ne voit plus qu'eux. C'est un ramassis de clichés, de lieux communs, de néologismes « pour faire branché » (buzz ou microkids par exemple) qui n'apportent rien. Le pire est l'utilisation du Bushman pour nous faire la morale et tenter de démontrer la urbaine, la supériorité de l'homme des bois sur celui des villes. Une énième démonstration du mythe du bon sauvage, inutile et très agaçante.

     C'est malheureux car de temps en temps, l'auteur sait nous surprendre ou faire progresser de façon notable le récit et ceci sans délayer, sans tirer à la ligne. Par exemple, le roman commence de manière forte, sa description de la vie dans les tranchées de 14-18 est superbe et montre une réelle sensibilité dans l'écriture. Mais il se lance ensuite dans une laborieuse introduction de l'histoire, présentation des personnages et description du monde virtuel ; c'est lent, c'est ennuyeux, le suspens et l'action sont noyés dans un flot verbal. D'autres moments apportent un peu de surprise, notamment ceux où on a l'impression d'avoir traversé le miroir : par exemple, au royaume des huit cases, on se retrouve dans un pays surréaliste. Mais ce n'est pas assez pour nous intéresser véritablement.

     Vers le milieu du roman, on s'énerve : on aimerait que l'histoire commence, qu'une piste logique apparaisse. En vain. Il faut attendre le dernier quart du livre pour voir enfin quelque chose qui ressemble à une véritable progression du récit. De toute manière, il n'est pas nécessaire d'attendre la fin : on la devine déjà, tellement elle est transparente. Et s'aggrave du fait que la quatrième de couverture en révèle plus que le roman, ce que personnellement je trouve inadmissible.

     Pour finir, j'avoue franchement que je ne lirai sans doute pas la suite en trois volumes, car elle m'indiffère. C'est malheureux car un meilleur traitement des quelques idées qui parsèment le roman aurait pu en faire un livre très lisible et plaisant à lire.

Benoît LUCAZEAU (lui écrire)
Première parution : 1/4/2000 nooSFere


     Premier tome d'une vaste série, Autremonde mélange allègrement science-fiction et fantasy. Puisque la réalité virtuelle y tient une place prépondérante, c'est l'occasion pour Tad Williams de générer de multiples décors. Plusieurs histoires dont le lien n'apparaît pas immédiatement se tissent  : l'auteur prend son temps pour mettre ses repères en place.
     Dans ce premier volume, l'histoire principale se déroule en Afrique du Sud. Rennie, une jeune enseignante, se lie d'amitié (et plus si affinité  ?) avec l'un de ses élèves, !Xabbu, un authentique bushman qui veut découvrir la réalité virtuelle. Rennie l'entraîne dans une véritable enquête policière sur le réseau pour découvrir ce qui est arrivé à son petit frère, tombé dans le coma à la suite d'une connexion illégale. Parallèlement à cela, Orlando Gardiner, un adolescent gravement malade dans la vie réelle mais héros d'un jeu de rôle dans la réalité virtuelle, enquête sur la mort de son personnage qu'il pensait invincible... Une petite fille, de puissants hommes d'affaires, un soldat de la Première Guerre mondiale sont encore d'autres protagonistes que l'on croise au détour d'une page.
     C'est d'ailleurs l'un des points les plus positifs de ce roman  ; en mélangeant les genres, l'auteur nous donne l'impression de lire plusieurs livres en un seul. Et tous sont de qualité égale, ce qui est assez remarquable  ! L'ensemble reste clair et l'on se demande constamment par quel tour de passe-passe il va s'en sortir.
     Il est donc difficile de qualifier ce livre-caméléon qui change de visage d'un chapitre à l'autre. De plus, Autremonde 1 n'est que le début de la série qui compte cinq volumes en anglais et n'est même pas achevée  ! Tad Williams parvient néanmoins à ménager l'intérêt de son lecteur et lui donner envie d'aller jusqu'au bout du cycle...


Marie-Laure VAUGE
Première parution : 1/6/2000 dans Galaxies 17
Mise en ligne le : 26/10/2001


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies