Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
ADN Société Anonyme

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Pierre K. REY



Illustration de Henri GALERON

LONDREYS , coll. Science & fiction n° (6)
Dépôt légal : novembre 1986
288 pages, catégorie / prix : 79
ISBN : 2-904184-47-3   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
Les portes de leurs laboratoires fermées à clé, ils se sont amusés à bricoler les chaînes hélicoïdales de l'ADN ; ils ont retouché un gène par-ci par-là. Artistes émérites de la génétique, ils remodèlent au laser les plus fines architectures de l'hérédité.
Les résultats ne se sont pas fait attendre à l'oree de notre décennie. En témoignent Aldriss, Silverberg, Tanith Lee et les autres.
Certaines métamorphoses sont plutôt intéressantes et troublantes. Par exemple, se retrouver dans le corps d'une femme quand on est un homme, et vice-versa ; voilà qui permet de fantasmer plus que jamais. De même pouvoir participer à une party où le déguisement « pour de vrai » sert à conquérir l'être aimé. Changer de look avec des ailes de scarabée, une peau couverte de fourrure ; ajoutez des crocs acérés et vous serez irrésistible. Mais il y a le revers de la médaille. Il vous faudra économiser sou par sou si vous tenez à ce que votre enfant prenne place parmi les nouveaux seigneurs de l'élite sociale. Vous achèterez, suivant votre budget prévisionnel, ses degrés de QI, de santé et de beauté futurs.
De nouvelles entreprises comme Bionic Interplanetary auront le monopole de la fabrication des clones et règneront dictatorialement. Pour échapper à cette étouffante société, vous gagnerez le coeur de la forêt vierge, au rendez-vous d'un phytogénéticien qui vous fera assister à la floraison de son « Ur-plante ». Elle ne s'épanouit qu'une fois par million d'années, pendant neuf secondes...

Henri Laborit, biologiste, donne le change
aux rêveurs dans sa postface.

    Sommaire    
1 - Pierre K. REY, Hélice et son double, pages 11 à 13, Introduction
2 - Brian ALDISS, Point de convergence (Where the Lines converge), pages 15 à 74, trad. Jean-Pierre PUGI
3 - Barrington John BAYLEY, L'Ur-plante (The Ur-Plant), pages 77 à 107, trad. Bernard SIGAUD
4 - Rena YOUNT, La Recherche de l'excellence (Pursuit of Excellence), pages 111 à 140, trad. Jean-Daniel BRÈQUE
5 - Lee MONTGOMERIE, Coeurs verts (Green Hearts), pages 143 à 169, trad. Bernard SIGAUD
6 - Karl HANSEN, Des yeux de poupée (Doll's Eyes), pages 173 à 199, trad. Jean-Pierre PUGI
7 - Robert SILVERBERG, Le Cocktail congloméroïde (At the Conglomeroid Cocktail Party), pages 203 à 216, trad. Jean-Luc BUARD
8 - Tanith LEE, Un jour dans la peau (A Day in ths Skin), pages 219 à 245, trad. Monique LEBAILLY
9 - Brian STABLEFORD, Le Biologiste et le bourreau (The Engineer and the Executionner), pages 247 à 271, trad. Charles CANET
10 - Henri LABORIT, Postface, pages 275 à 279, Postface
11 - Notices biographiques, pages 283 à 287, Biographie
 
    Critiques    
     Après avoir publié quelques anthologies anglo-saxonnes, les éditions Londreys se tournent plus résolument encore vers la SF. La collection Science et Fiction que dirige Pierre K. Rey présente deux anthologies thématiques qu'il a lui-même concoctées. C'est dire la qualité des textes, quand on sait l'exigence et les connaissances dont fait preuve l'actuel animateur de la revue annuelle UNIVERS chez J'AI LU. Acharné à faire connaître les talents nouveaux plutôt qu'à fouiller dans les tiroirs poussiéreux des auteurs qui ont un nom, Pierre K. Rey présente dans ces deux recueils un excellent choix de nouvelles. Malgré un sujet rebattu et lassant, parce que le plaidoyer ne varie guère, Images de la troisième guerre mondiale parvient à susciter de l'intérêt, notamment avec une longue nouvelle de Gardner Dozois : Un bien beau matin pour mourir et trois textes remarquables, dus à de nouveaux venus : Instructions pour évacuer l'immeuble en cas d'incendie, de Pamela Zoline, Images rémanentes de Malcom Edwards et Guerre et/ou paix de Lee Montgomerie, également présente dans ADN Société anonyme. Au sommaire également, John Shirley, peu convaincant, Stephen Goldin avec une histoire où le soldat de métier connaît le comble de l'absurde et du dérisoire et Bernard Wolfe, le trop rare auteur de Limbo qui montre une autre facette de l'horreur de la guerre : celle de son érection en spectacle par le biais des médias.
     Le second volume, consacré aux manipulations génétiques constitue également un excellent cocktail, où les nouveaux venus n'ont pas à rougir devant les vieux routiers. Dans le domaine des bizarreries auxquelles a donné lieu la science, Des yeux de poupées de Karl Hansen vaut bien Le Cocktail congloméroïde de Robert Silverberg et Cœurs verts de Lee Montgomerie a davantage de fraîcheur que les récits, plus classiques, de Brian Stableford, Barrington J. Bayley ou Brian Aldiss. Deux textes particulièrement remarquables méritent à eux seuls l'achat du volume : Un jour dans la peau, de Tanith Lee bien plus intéressante que dans ses romans d'héroïc fantasy : si de brèves incursions dans des corps que se partagent un grand nombre d'esprits rappelle Immortels en conserve, Tanith Lee pousse la réflexion sur le terrain de la métaphysique. Quant à La recherche de l'excellence, de Rena Yount, il s'agit certainement du récit le plus lucide, (et le plus cruel) sur les abus que risquent de provoquer les manipulations génétiques. L'impact de cette histoire est qu'elle n'accuse nullement les savants inconscients ou les manipulateurs de pouvoir. C'est son ancrage dans le quotidien, la plus prosaïque banalité qui lui donne toute sa portée. Et ne comptez pas sur moi pour résumer ce petit joyau de la SF  !...
     Il n'y a rien de critiquable donc dans le travail de Pierre K. Rey qui signe là deux anthologies de très haute tenue, qui a su choisir des textes dont on reparlera (La recherche de l'excellence, de toute évidence, fera date), mais il y a à redire à celui de l'éditeur qui a tenu à adjoindre à chaque ouvrage une postface. On s'interroge encore sur le bien-fondé de cette initiative, celle de Laborit étant plutôt déconcertante (mais le biologiste a au moins le mérite d'avouer ses réticences face à la littérature de science-fiction 1) et celle du pseudo général Matchmaker carrément carnavalesque.


Notes :

1. Le professeur Laborit relance de vieux débats et ses commentaires en amènent d'autres, trop longs à développer ici. Mais s'il émet ici des réserves sur la SF et notamment sur le manque d'imagination des auteurs, il semble oublier qu'il écrivit naguère aux frères Bogdanoff qu'il a « toujours eu beaucoup de plaisir à lire de la science-fiction  » et qu' « un auteur de science-fiction a autant de choses à dire sur l'angoisse (qu'il en) a à dire de la science-fiction  ». (l'effet science-fiction — I. et G. Bogdanoff — Laffont).

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/1987 dans Fiction 385
Mise en ligne le : 28/4/2003


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies