Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Aujourd'hui nous changeons de visage

Roger ZELAZNY

Titre original : Today We Choose Faces, 1972

Traduction de Maud PERRIN
Illustration de Stéphane DUMONT

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 226
Dépôt légal : 1er trimestre 1977
192 pages, catégorie / prix : 1
ISBN : néant
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Après un cataclysme mondial, ce qui reste de l'humanité vit en communauté pacifique et soumise à l'intérieur de la Maison, lieu hermétiquement clos dont les nombreuses Ailes sont situées sur des planètes différentes et reliées entre elles par une espèce de métro, le « subspatial », permettant des translations presque instantanées.
     Sur cette société veille la Famille, composée de clones ou doubles d'un spécimen unique. Le chef de cette famille dirigeante est appelé le Relais. Chaque fois qu'un clone meurt de mort violente, il passe le relais au suivant et sa personnalité s'intègre à celle de son successeur, qui devient ainsi le dépositaire des qualités et des connaissances de tous ceux qui l'ont précédé. Après chaque « sacrifice », le nouveau Relais insère dans le tableau d'une console de commande la Fiche correspondant à son prédécesseur.
     Mais un certain Mr Black lance une vendetta cosmique contre la Famille, et voilà le clone n° 8 obligé de retirer la Fiche 7 de son logement. Il met ainsi en branle une machinerie diabolique qui ne s'arrêtera qu'au retrait de la Fiche 1.

L'auteur.
Né le 13 mai 1937 à Cleveland, Ohio, Roger Zelazny a fait des études à l'université de Columbia.
Ancien secrétaire général de l'Association des Ecrivains de science-fiction des Etats-Unis, il a été deux fois lauréat du prix Nébula et du prix Hugo.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques    

     Quand la non-violence et l'amour du prochain débouchent sur l'éco-fascisme et transforment la société en une triste machinerie refermée sur elle-même. Il n'y a plus d'assassins, mais comme tout le monde est déjà mort, ça revient au même.
     Zelazny nous donne là un grand livre, qui va bien plus loin que « Les cavernes d'acier » d'Asimov (J'ai Lu) et « La dixième planète » de Cooper (Présence du futur) sur le même thème.
     Un roman avec une idée excitante à chaque page. Des envolées lyriques à couper le souffle. Une intrigue solide, des tas de coups de théâtre et du suspense. Et une réflexion pertinente sur les rapports entre les gens : vaut-il mieux un peu de violence, dans un environnement mal contrôlé qu'un troupeau d'humains heureux, façonnés à coups de tranquillisants ? Ira Levin, dans « Un bonheur insoutenable » (J'ai Lu) répond de la même façon à la question : le bien suprême, c'est la liberté de choisir, même s'il faut, pour cela, supporter quelques bavures.
     Au-delà de cette interrogation, Zelazny pose clairement la question du pouvoir. Personne n'a le droit de décider à la place des gens, même pour leur bien. Toutes les sociétés fascistes de l'histoire ont prétendu faire le bonheur des gens... malgré eux. Un grand cri libertaire traverse ce texte, un des romans les plus importants de Zelazny. Le droit de choisir soi-même sa vie : si les sociétés occidentales respectaient un peu plus ce droit, on peut penser que ça irait mieux dans nos chaumières.

Bernard BLANC (lui écrire)
Première parution : 1/7/1977 dans Fiction 282
Mise en ligne le : 1/4/2012


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies