Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Algèbre des anges

J. Gregory KEYES

Titre original : A Calculus of Angels, 1999

Cycle : L'Age de la déraison  vol.

Traduction de Olivier (2) DEPARIS
Illustration de KAÏN

FLAMMARION (Paris, France), coll. Imagine n° (30)
Dépôt légal : février 2002
420 pages, catégorie / prix : 21 €
ISBN : 2-08-068189-3   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     J. Gregory Keyes, né en 1963 dans l'Elat du Mississippi, a exercé plusieurs métiers pittoresques tout en menant des études très poussées dans le domaine de l'anthropologie. Après deux romans de fantasy remarqués, il s'est imposé à l'attention du public et de la critique américains avec « L'Âge de la déraison », une tétralogie évoquant un XVIIIe siècle parallèle particulièrement jubilatoire, dont L'Algèbre des anges constitue le deuxième volume. Le premier, Les Démons du Roi-Soleil, a obtenu le Grand prix de l'Imaginaire 2002.

     1722 : deux ans ont passé depuis que les alchimistes de Louis XIV ont précipité une comète sur Londres, dévastant une grande partie de l'Europe. Les véritables instigateurs de cette catastrophe ne sont cependant pas les Français, mais de mystérieuses sortes d'anges dont le but est d'anéantir l'humanité. Dernier espoir pour l'Homme : mettre au point une algèbre angélique afin de lutter contre ses ennemis immatériels.
     C'est à cette tâche que vont s'atteler Isaac Newton et son apprenti, le jeune Benjamin Franklin, réfugiés à Prague à la cour du Saint-Empereur romain germanique. C'est aussi à quoi s'efforce l'ancienne favorite de Louis XIV, Adrienne de Montchevreuil, luttant pour sa survie dans une France livrée aux brigands, avec son nourrisson et son impénétrable protectrice, Véronique de Crécy. De même, bien que d'une manière moins « scientifique », Red Shoes, un chaman choctaw, tente d'apporter sa pierre à l'édifice en traversant l'Atlantique avec une délégation de colons américains, parmi lesquels le puritain Cotton Mather et le pirate Barbe-Noire, inquiets du sort de l'Ancien Monde.
     Leurs aventures respectives vont les rassembler à Venise, sous domination turque où doivent s'affronter les forces de Pierre le Grand de Russie et de Charles XII de Suède...

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)  pour la série : L'Age de la déraison
 
    Critiques    
     Deuxième tome de la tétralogie de L'Age de Déraison de J. Gregory Keyes, L'algèbre des anges reprend le fil du récit deux ans après les événements narrés dans Les Démons du Roi-Soleil. Londres définitivement disparue de la carte, la donne géopolitique a changé : les Russes tentent de conquérir l'Europe occidentale, tout en se préservant des attaques des Suédois au nord, et des Turcs au sud.
     Le jeune Benjamin Franklin a trouvé refuge avec Isaac Newton à la cour de Prague, que le vieux savant réussit à préserver de l'invasion russe grâce à ses inventions. Néanmoins, la situation se dégrade, et il leur faut se résoudre à quitter la ville. Ben découvre à cette occasion que l'un de ses amis et protecteurs n'est autre que le roi de Suède, Charles XII. Son royaume étant allié aux Turcs, il décide de se rendre dans l'un de leurs fiefs, à savoir Venise.
     De son côté, Adrienne de Montchevreuil, qui veille sur son jeune fils Nicolas – prénom donné en mémoire de son amour défunt, d'Artagnan – rejoint les troupes du duc de Lorraine, avant d'être accueillie par le tsar Pierre. Chemin faisant, elle s'aperçoit qu'elle a la possibilité de faire appel aux anges du titre, ces créatures impalpables de l'éther qui tentent d'infléchir le cours de l'humanité. Aux côtés de Pierre, Adrienne se dirige vers l'ouest, afin de pourchasser l'ennemi scandinave, jusqu'à le cantonner dans son dernier bastion, partagé avec leurs alliés : Venise.
     Adrienne et Benjamin vont donc se retrouver tous les deux dans la ville lagunaire. Mais le lecteur avide d'assister à la rencontre des deux héros en sera pour ses frais : en effet, même si leurs itinéraires se croisent, les deux jeunes gens s'ignorent encore. Il faudra se résoudre à attendre le tome suivant...
     J. Gregory Keyes reprend ici la recette qui a fait le succès du premier tome : récit mené tambour battant, péripéties incessantes, humour distillé par le biais du personnage de Ben, figures héroïques finement ciselées (Crécy, Charles XII)... A l'intention de ceux qui pourraient lui reprocher de ne pas savoir se renouveler, il enrichit l'intrigue d'une troisième trame. Venus d'Amérique afin de connaître le destin du Vieux Monde dont ils n'ont plus de nouvelles, il y a là le pirate Barbe-Noire – qui a une dent contre Franklin –, le puritain Cotton Mather et surtout le jeune indien Red Shoes, un chaman choctaw qui peut commander à ses “ enfants de l'ombre ”, dont on imagine sans peine les affinités avec les anges invoqués par Adrienne. Néanmoins, les tenants et aboutissants de ce monde de l'éther, ainsi que les volontés des créatures qui le peuplent, nous échappent encore, ce qui permet à l'auteur de nous tenir en haleine en attendant le troisième tome. Avec un art consommé du rebondissement, un appétit évident pour les scènes grandioses (l'attaque de Prague, ou celle de Venise...), Keyes pose ici une nouvelle pierre d'un cycle appelé à devenir l'une des grandes réussites de ces dernières années – et peut-être même un futur classique  ?

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/4/2002 nooSFere


     Le premier volume de ce qui s'annonce désormais comme une tétralogie, Les Démons du Roi-Soleil (voir critique dans Galaxies n°21), nous plongeait dans un univers extravagant et trépidant : les savants de la fin du XVIIe siècle ont orienté leurs recherches vers l'alchimie (l'éther sous toutes ses formes) sous l'impulsion du grand Isaac Newton, découvreur du mercure philosophal. L'Histoire s'en est trouvée radicalement changée.
     J. Gregory Keyes poursuit dans ce deuxième tome les aventures uchroniques croisées de Benjamin Franklin (jeune et fougueux assistant de Newton), d'Adrienne de Montchevreuil (rescapée de la cour décimée de Louis XIV) et de Red Shoes, nouveau venu dans la saga, Indien d'Amérique mandé par les siens pour représenter son peuple. Car depuis deux ans en effet (nous sommes en 1722), les Amériques restent sans nouvelles du vieux continent. Que s'est-il passé ? Pourquoi les éthérographes (sortes de télégraphes alchimiques) restent-ils muets ? Red Shoes et une troupe de personnages hauts en couleur — dont le terrible pirate Barbe-Noire — vont explorer l'Europe, qu'ils trouveront dévastée. Le cataclysme à l'origine de cette tragédie (dont le récit est narré dans Les Démons du Roi-Soleil) a chamboulé le climat mondial et plongé nos contrées dans un chaos indescriptible. Tandis que Franklin, aidé par un ami mystérieux, fuit Prague pour gagner Venise, Adrienne suit le jeune duc de Lorraine avant d'être appelée aux côtés du Tsar de Moscovie, qui domine l'Europe et veut conquérir Venise avec son armada de navires volants et ses puissants alliés éthériques... Newton, Franklin, Adrienne, Red Shoes et tous les autres se retrouvent alors au cœur d'une bataille mémorable, au cours de laquelle leur courage et leurs talents sont mis à rude épreuve...
     Ce deuxième volet confirme la réussite du premier. Keyes ne s'encombre pas de psychologie : de l'aventure, de l'aventure, encore de l'aventure ! Ici, l'uchronie lorgne vers la fantasy, tant son inventivité dépasse le cadre historique initial, et tant le sense of wonder l'emporte sur la parabole. Des images resteront dans nos mémoires : une flotte de navires de guerre en plein ciel, le bébé d'Adrienne emporté par les anges, les Anglais, fous sauvages et meurtriers, ou le Conseil hilarant à Venise, où l'on peut rouer de coups de pied son contradicteur !
     On peut seulement regretter que l'auteur n'ait pas insufflé plus de profondeur à son récit. On ne s'ennuie pas un instant, mais on aurait souhaité un peu de gravité. Les plus beaux passages du livre sont d'ailleurs peut-être ceux où Isaac Newton sort de sa tour d'ivoire et laisse transparaître enfin son humanité, son émotion, son désarroi. Au-delà d'une simple condamnation de la science aveugle, le roman nous montre alors, par ces larmes d'autant plus poignantes qu'elles sont inattendues, la lutte déchirante qui torture les hommes de science, à la fois sauveurs et bourreaux. Mais répétons-le, pour qui a besoin d'évasion, pour qui désire passer un bon moment, ce livre est très, très fortement conseillé ! Le troisième tome aura-t-il autant de panache ? On l'attend en tout cas avec impatience.


Olivier NOËL
Première parution : 1/6/2002 dans Galaxies 25
Mise en ligne le : 1/2/2004

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies