Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Ange des profondeurs

Serge LEHMAN


Cycle : Martin Dirac (La Quête de) vol. 1


Illustration de Jean-Michel NICOLLET

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. SF n° 24
Dépôt légal : novembre 1997
224 pages, catégorie / prix : 34 FF
ISBN : 2-265-05161-6   
Genre : Science-Fiction 


Autres éditions
   in Espion de l'Étrange, MOUTONS ÉLECTRIQUES (LES), 2011

    Quatrième de couverture    
     Serge Lehman est l'une des jeunes étoiles de la SF française. Il est l'auteur d'une quarantaine de nouvelles et de neuf romans, dont ceux de la série F.A.U.S.T., pour lesquels il a reçu le Prix Rosny Aîné et le Prix Ozone. Avec le cycle de Martin Dirac, dont voici le premier volume, il nous entraîne dans le labyrinthe des mythologies modernes.

     Qui est vraiment Martin Dirac ? Pourquoi ce jeune professeur d'histoire des sciences fait-il, depuis la disparition de son père, le même rêve, nuit après nuit ? Quelle est cette ville mystérieuse qu'il entrevoit dans son sommeil sans jamais parvenir a l'atteindre ?
     L'ethnologue Paul Renard — ami de Martin, et de son père avant lui — connaît la réponse, mais refuse de parler. Et sa mort étrange achève de brouiller les cartes.
     Désormais, il ne reste plus à Martin qu'un seul indice... Un symbole inconnu, trouvé dans les papiers de Renard, et qui semble dater des premiers âges de l'humanité : le Signe du Picte.
     Martin suivra sa trace, dans une Europe livrée aux démons du paranormal, jusqu'au plus profond des forêts de Pologne. Quelque chose l'attend, là-bas... Une science secrète. Un autre monde. Et, peut-être, cette créature à la fois terrifiante et merveilleuse : l'ange des profondeurs.
 
    Critiques    
     Martin Dirac, professeur d'histoire des sciences à la Sorbonne, est hanté depuis qu'il est enfant par la disparition de son père. Lorsque huit ans après un ami de ce dernier meurt dans d'étranges circonstances — assassiné, semble-t-il, par un ummenk, une créature homme-ours — et qu'apparaît un peu partout un mystérieux diagramme, le Signe du Picte, Martin décide de se lancer à la recherche de son père.

     Sa quête le mènera dans une Pologne en proie au chaos économique depuis l'effondrement du communisme. Chaos fertile, on le sait, à la résurgence de démons anciens et de mythes modernes, tellement rassurants dans un monde que l'on ne comprend plus : complot mondial, Terre Creuse, soucoupes volantes, ummenk... La rationalité de Martin vacille : doit-il croire à ces légendes ? Ou bien n'y a-t-il pas derrière tout cela les démons plus dangereux, car bien réels ceux-là, du totalitarisme ?

     J'ai retrouvé dans le dernier roman de Lehman ce mélange qui a fait le succès de F.A.U.S.T. : d'une part le souffle romanesque (L'ange des profondeurs est un roman d'aventure et d'espionnage où l'action et le suspense ne sont jamais bien loin), et d'autre part la réflexion, en l'occurrence sur la mythologie paranormale à la mode ces derniers temps, et sur l'usage qu'on peut en faire à des fins politiques et économiques. Pour ne rien gâter, cette nouvelle série contribue à l'Histoire du Futur que Lehman bâtit petit à petit depuis plusieurs années : le cycle de Martin Dirac précède et préfigure en effet le cycle de F.A.U.S.T., où les états-nations se sont inclinés devant l'économie et les multinationales.

     On pourra regretter la présence ici ou là de quelques clichés : le fils qui suit la quête de son père, ou bien la victime qui, avant de mourir, a tracé de son propre sang le Signe du Picte (« le Picte m'a tuer » ? !). Mais qu'importe ! L'ange des profondeurs n'en est pas moins un roman passionnant et intelligent, qui se lit d'une traite.


Philippe HEURTEL
Première parution : 1/1/1999 Dragon & Microchips 15
Mise en ligne le : 21/10/2003


     L'espion de l'étrange court toujours. Il s'appelle désormais Martin Dirac et est toujours en butte aux activités de la DATEX. Quand son ami est retrouvé à moitié dévoré en forêt de Fontainebleau, il se doit d'éclaircir le mystère. Et voilà ce professeur en Sorbonne lancé, en compagnie d'une femme flic, à la chasse à l'ummenk — l'ours-garou — au fin fond de la Pologne. Amateurs d'X-Files, passez votre chemin. Myriam Klein et Dirac ne sont pas un couple d'émules de Scully et Mulders. Au contraire. Serge Lehman ne fait que s'ingénier à prendre le contre-pied de cette série... Il n'y a pas le moindre complot gouvernemental visant à dissimuler des phénomènes paranormaux. Le gouvernement aimerait bien plutôt savoir pourquoi ses fonctionnaires à l'Agence Pour le Développement Européen ou professeur d'ethnologie finissent à demi-dévorés. Il n'y évidement pas d'ummenks ni de Terre Creuse. Il y a cependant bien un complot, et d'envergure planétaire. Pour y faire croire. S'il est difficile de comprendre pourquoi les états démocratiques nieraient avec autant d'énergie l'existence d'OVNI, etc, chacun peut par contre comprendre pourquoi les intérêts privés chercheraient à dissimuler les détournements de fonds chiffrés en centaines de milliards de francs. Le rasoir d'Occam tranchant en ce sens que, toute chose étant égale par ailleurs, l'on retienne comme vraie l'explication la plus simple ; que l'existence d'un détournement de fond, fut-il colossal, est plus probable que l'existence d'ours-garous courant de la Silésie à Paris pour y étriper des fonctionnaires. Au niveau macro-économique, les sommes en jeu sont énormes et permettent de mobiliser des moyens à leur échelle. La DATEX détourne ces sommes et met en ouvre une gigantesque entreprise de mystification jouant à plusieurs niveaux. Au plus bas, elle fournit aux Centurions — ses pions — des néo-nazis en place dans les milieux politiques et financiers, une mystique à leurs convenances, faisant d'eux des initiés dans un univers mystérieux et incompréhensible. S. Lehman montre que le monde d'aujourd'hui n'a rien de cryptique et que le croire comme y invite X-Files, c'est se jeter dans les bras de qui entend exploiter cette crédulité. C'est là le second niveau de l'entreprise de la DATEX, dont le responsable, Carlo Pietri, est également un patron de presse. C'est une entreprise globale de désinformation visant à pousser les populations dans la postmodernité en sapant leurs repères afin qu'elles se jettent dans les bras d'initiés charismatiques. Quoi de mieux pour détourner des populations instruites — aspirant à la démocratie et à décider de leur sort par elles-mêmes — de la méthode scientifique qui conduit à rendre le monde intelligible au commun, que des phénomènes surnaturels ne pouvant être expliqués (autrement que comme Lehman le fait, cela s'entend). Pour se déterminer politiquement, le citoyen a besoin que le monde lui soit compréhensible.

     Enfin, souvenons-nous que l'oeuvre de Serge Lehman est intertextuelle et constitue une histoire du futur. Donc, le roman explique le réel marasme économique que connaissent les anciennes républiques communistes, malgré l'afflux considérable de capitaux occidentaux dont elles ont été abreuvées par les détournements de fonds très massifs opérés par la DATEX. Tout cet argent ne pourrait s'écouler... dans la Terre Creuse, sans que la DATEX ne soit une émanation du capitalisme mondial. Et pour que l'ensemble des transnationales parties prenantes de la DATEX y consentent, il leur faut une perspective de retour sur investissements plus alléchant que la remise à flot des ex-écomonies socialistes. Ces gigantesques flux de capitaux, on l'aura deviné — si on a lu tout Lehman — sont destinés à l'acquisition du Veld par l'Instance dans la série F.A.U.S.T.

     Comme celle des autres livres de l'auteur, la lecture politique de L'ange des profondeurs occupe bien sûr le premier plan. Mais Lehman n'en est pas moins un conteur qui, non content d'avoir à dire, raconte en plus une véritable histoire.

     C'est Serge Lehman qui, depuis dix ans, comme un répétiteur, rabâche que la S-F hexagonale a de l'avenir pour peu que l'on raconte des histoires ; la méthode Coué et le prêche par l'exemple ont fini par porter leurs fruits. Son influence sur le renouveau actuel de la S-F française fut prépondérante. Néanmoins, lire Lehman pour seulement se divertir, ce serait donner de la confiture aux cochons. De plus, sa propre formation d'historien enrichit notablement le récit de détails, sans parler des apports d'érudits, tels que Michel Murger et Joseph Altairac, en matière de paranormal et de mythologie nazie, qui, finement distillés par l'auteur au fil du roman, constituent une richesse supplémentaire. On arrive ainsi à produire une littérature populaire de qualité... Voilà donc une démystification en règles du paranormal autrement passionnante que tous ces complots qui émaillent la S-F de Jimmy Guieu à X-Files en passant par Hubbard.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/1/1998 dans Bifrost 7
Mise en ligne le : 4/11/2003


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies