Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Âmes dévorées

K. W. JETER

Titre original : Soul Eater, 1983

Traduction de Jean-Paul MARTIN
Illustration de George SMITH

J'AI LU (Paris, France), coll. Épouvante n° 2136
Dépôt légal : janvier 1987
320 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : 2-277-22136-8   
Genre : Fantastique 



    Quatrième de couverture    

L'homme aux verres miroir approcha son rasoir du corps tailladé de Kathy.

     La lumière filtrant à travers le carreau cassé poussiéreux la tire de son sommeil. Etendue sur un mince matelas aux draps sales, elle fixe la porte et attend. Elle sait qu'il va revenir, s'approcher d'elle et tirer le drap taché qui la couvre, le tissu collé à sa peau sanglante. Il l'examinera froidement, pansera ses blessures qui saignent encore, puis sortira son petit couteau à lame acérée. Alors commencera le lent et méthodique rituel...
     Elle ignore qu'une autre chose vit en elle. Une chose ivre de haine, cruelle et affamée. Et que son calvaire durera jusqu'à ce que, rassasiée, la chose se libère du corps pourrissant auquel elle est rivée.
     Et le véritable cauchemar ne fera alors que commencer...
 
    Critiques    
     Nous avions découvert K. W. Jeter, à propos duquel nous ne savons presque rien, avec deux très bons romans publiés en Présence du Futur : Dr Adder et Le marteau de verre, le premier ayant fortement impressionné l'ensemble de la critique. Le voici de retour avec un roman inédit de 1983, Les âmes dévorées, où nous le voyons aborder un registre différent, celui du Fantastique moderne. Si la fascination qu'il semble éprouver pour les scènes de mutilation permet d'établir un parallèle entre Dr Adder et le présent roman, la comparaison s'arrête là.
     David Braemer reconstruit sa vie lentement après un divorce difficile et douloureux, à la sortie duquel son ex-femme tenta de mettre fin à ses jours, restant depuis dans une sorte de coma dont elle ne sortira plus. I ! recommence une nouvelle vie de couple et profite pleinement de sa fille dont il a la garde le week-end. Mais celle-ci fait de plus en plus de cauchemars et vole les couteaux de cuisine dans des sortes de crises de somnambulisme. Et s'il en retrouve un, un matin, fiché dans le mur de la cuisine, ce n'est que de justesse qu'il échappe à ia mort, Dee en brandissant un autre couteau au-dessus de lui lorsqu'il se réveille. Elle-même ne comprend pas ce qui lui arrive, dit qu'on l'y oblige, qu'elle n'y peut rien. Il attribue cela à la vie instable qu'elle mène, partagée entre deux foyers, celui de son père et celui de la famille de sa mère. Aussi est-il de plus en plus convaincu que la seule solution pour la stabiliser serait de faire cesser ce ballottage hebdomadaire, d'obtenir sa garde complète. Ceia étant, l'autre « parti » s'y oppose, ajoutant qu'il s'occupe de l'enfant depuis le divorce et qu'il est donc bien plus qualifié pour le garder.
     Et peu à peu, le monde autour de David et Dee sombre dans le cauchemar et la folie, alors que ceux-ci partent pour un voyage qui a tout l'air d'une descente aux enfers, mais au bout duquel se trouve peut-être la vérité, la délivrance et la liberté...
     Une fois de plus, K. W. Jeter réussit son coup, évitant les pièges et les facilités du genre, animant un trio de personnages forts dans un style rapide et efficace, entretenant un suspense constant, qui font de ces trois cent vingt pages rythmées un excellent roman pour tous publics, pouvant plaire au plus grand nombre.


Richard COMBALLOT
Première parution : 1/7/1987 dans Fiction 388
Mise en ligne le : 16/12/2002


 

Dans la nooSFere : 60465 livres, 54465 photos de couvertures, 54353 quatrièmes.
7936 critiques, 32812 intervenant·e·s, 1092 photographies, 3637 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies